Blogue Marc Denis | La saison morte

Photo iStock
Photo iStock

Je déteste ce terme! C’est probablement en raison de mon côté légèrement masochiste de gardien de but que je l’ai justement utilisé dans mon titre, mais aussi pour rectifier une conception erronée de la vie de hockeyeur.

 

La saison morte n’est pas celle qui perdure de l’élimination d’une équipe au premier jour du camp d’entraînement. En pratique, elle n’est longue que de deux à trois semaines. Juste le temps nécessaire pour prendre du repos, s’esquiver avec la famille ou les amis, et respecter le plan de match pour la saison estivale, qui sert désormais de préparation en vue d’une longue et éreintante saison régulière.

 

Le physique

Il en va de soi, le gardien n’est plus, depuis longtemps, le membre de l’équipe qui ne sait pas bien patiner ou qui n’a pas à se soucier de sa forme physique. Avec la marge de manœuvre qui s’est rétréci au fil du temps, les portiers ont aussi dû adapter leur préparation dans le gymnase.

 

L’homme masqué est le seul qui passe 60 minutes sur la patinoire lors d’un match, parfois plus. Le mélange d’endurance et de capacité d’explosion est complexe et important. Comme la concentration est au cœur du travail, la fatigue ne peut devenir un facteur lors d’une rencontre.

 

Mais un entraînement qui ne prend en considération qu’un seul système d’énergie mènerait l’athlète dans un mur. Le stress sur les membres inférieurs du corps est immense pour un gardien et les positions utilisées lors de certains arrêts ne sont pas toujours biomécaniquement naturelles.

 

Finalement, le seul véritable moment de l’année pour métamorphoser le corps, en gagnant de la masse musculaire ou en perdant de la matière adipeuse, c’est l’été. Ainsi, le régime alimentaire est souvent adapté à la saison chaude, selon les objectifs précis.

 

Le mental 

Clairement, l’aspect mental de la position est primordial. Très souvent, comme ça été le cas la saison dernière avec les Braden Holtby, Andrei Vasilevkiy et Carey Price, lorsqu’un gardien se plaint de fatigue, c’est qu’il n’est pas dans un état psychologique favorable.

 

Les premières semaines d’inactivité doivent permettre de faire le vide et d’éliminer les distractions du passé. Par la suite, il est impératif de secouer les interrogations et de retrouver la confiance et la paix d’esprit. Je crois fortement que c’est ce concept qui explique, entre autres, la signature d’Antti Niemi avec le Canadien avant l’ouverture du marché des agents libres ou, encore, le retour sur la glace hâtif d’Henrik Lundqvist.

 

D’ailleurs, rares sont les histoires de dispute contractuelle ou de signature sur le tard qui s’avèrent positives pour un gardien. Également, suite à une blessure, il faut dissiper au plus vite tout doute dans la tête du joueur, pour s’assurer d’une préparation adéquate pour un retour au jeu prospère.

 

La technique

Si le gardien fait souvent office d’extraterrestre au sein de son équipe, il s’apparente au plus studieux des élèves l’été venu. En effet, les mois passés loin de l’équipe vont lui permettre de bien se concentrer sur son jeu sans avoir à se soucier de l’impact de son introspection sur les résultats collectifs.

 

Pendant la saison régulière, le temps pour se pencher sur son propre jeu est très rare et trop court. Les séances d’entraînement complètes sont peu nombreuses et lorsqu’elles sont à l’horaire, on en profite pour appliquer les éducatifs qui profitent à l’ensemble de l’équipe.

 

Si on ajoute le fait que l’on doit gérer les énergies d’un gardien numéro un et que dans la Ligue nationale, il y a pratiquement une partie aux deux jours, vous aurez deviné que cela devient délicat.

 

Même s’il y a un entraîneur des gardiens spécialement pour ces deux athlètes, on va surtout se concentrer sur des séquences vidéo pour apporter des correctifs mineurs et de légers ajustements sur la patinoire.

 

La saison estivale permet vraiment au gardien de travailler ses techniques dans un environnement contrôlé, avec un spécialiste de sa profession, afin d’amorcer la saison suivante dans les meilleures prédispositions possibles.

 

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Social