Blogue Pierre Houde | Et Carey Price, lui?

Carey Price (Getty)
Carey Price (Getty)

Jesperi Kotkaniemi, Max Domi, Nick Suzuki et Joel Armia: autant de noms qui ont retenu l’attention lors du plus récent camp d’entraînement du Canadien. De nouveaux noms qu’on associe à la relance du Tricolore. Étrange, quand même, qu’on ait peu entendu parler de celui qui porte pourtant le titre de « joueur de concession » de cette équipe. De celui qui était de toutes les discussions, il y a quelques mois à peine. Oui, je parle bien du gardien de but Carey Price.

 

Pierre Houde | RDS

Collaboration spéciale

 

Le camp d’entraînement du Canadien et le calendrier préparatoire ont rapidement confirmé ce que peu de gens croyaient possible à Montréal : les partisans ont compris – et même endossé – la notion de reconstruction de l’équipe. Des éloges pour Kotkaniemi pour l’ensemble de son talent, des flèches à Domi pour son geste à l’endroit d’Aaron Ekblad, des espoirs envers sur Suzuki, des interrogations sur le véritable potentiel d’Armia. Bref, l’intérêt s’est rapidement déplacé vers ceux qui sont devenus porteurs d’espoir aux yeux des amateurs.

 

Conséquence directe ou non, rarement a-t-on aussi peu entendu le nom Price dans les discussions ou dans les débats. Comme si l’ensemble des changements importants effectués par le directeur général Marc Bergevin avaient dramatiquement fait bifurquer le centre d’intérêt très loin du gardien vedette. Même l’aveu public de Patrick Roy, qui disait le considérer encore comme le meilleur gardien au monde, n’a pas su ramener l’attention vers celui qui amorce la première année d’un contrat qui s’étirera jusqu’en 2026 !

 

Pourtant, même s’il n’est plus une verte recrue à 31 ans, il demeure non seulement une pièce maîtresse dans l’échiquier global de l’équipe, il est aussi au cœur même de la relance du Canadien. Aucune équipe de la Ligue nationale ne peut prétendre rebâtir ses assises convenablement sans une base de stabilité et d’expérience quelque part. Parlez-en aux Oilers d’Edmonton ! Or, à Montréal, cette base se situe d’abord et avant tout devant le filet et nulle part ailleurs.

 

Nouveau départ

La saison de misère qu’a connue Carey Price en 2017-2018 a forcé plusieurs amateurs à lancer la serviette dans son cas. Il est vrai qu’en regardant ses chiffres, son rendement a été à des années-lumière de celui auquel il nous a habitué. Au-delà des chiffres, il a aussi affiché un comportement parfois difficile à comprendre sur la patinoire : mauvais déplacements, pertes de concentration, relâchement apparent, impatience, mauvais positionnement, etc.

 

Bien qu’inquiétants à la base, tous ces facteurs ne doivent pas nécessairement être considérés en valeur absolue. Un gardien de sa trempe ne perd pas tous ses moyens en aussi peu de temps. Le problème a surtout été d’ordre psychologique, c’est clair ! Sa tête ne semblait plus en mesure d’envoyer les bons messages au reste de son corps. D’où cette impression qu’ont eu plusieurs d’assister à la déchéance d’un grand athlète…

 

Peu importe les raisons, personnelles ou professionnelles, Price a traversé une période difficile, comme plusieurs joueurs l’ont vécu au cours de leur carrière. Le temps est maintenant venu pour lui de rebondir, d’amorcer un nouveau départ. Déjà, les premiers contacts personnels, avant même le début du camp, ont été rassurants. On l’a senti calme, détendu, plus ouvert sur le plan humain. Dès les premiers matchs préparatoires, on a senti qu’il retrouvait ses repères, qu’il semblait retrouver le plaisir de jouer au hockey sur une base hautement compétitive.

 

Influence importante

En cette période de mutation chez le Canadien, Price aura un rôle accru à jouer et il devra comprendre que son influence sera énorme au sein de la formation. Sur la patinoire, il devra régulièrement sortir ses coéquipiers du pétrin, c’est évident, surtout lors des premiers mois du calendrier régulier avec l’absence de Shea Weber. En dehors de la patinoire, il devra projeter l’image d’un grand leader, celui vers lequel ses coéquipiers plus jeunes et/ou moins talentueux pourront se tourner pour trouver les bons repères, à tous les points de vue. S’il ne peut porter le « C » sur son chandail, il devra agir comme si c’était le cas.

 

Au cœur du système de Claude Julien, basé sur le jeu collectif en zone défensive et sur la transition rapide et organisée, le gardien évoluera dans un contexte qui lui est favorable. Il est lui-même particulièrement doué à ce jeu. À défaut d’avoir une unité de défenseurs talentueuse et expérimentée, il pourra au moins se rabattre sur un plan simple et efficace.

 

S’il est vrai que le développement d’un athlète passe autant par des facteurs humains que par le raffinement de sa technique, les plus expérimentés d’entre eux doivent absolument reconnaître l’impact qu’ils ont ou qu’ils peuvent avoir sur les plus jeunes. Ces derniers doivent en effet sentir que leurs erreurs font partie de leur apprentissage et qu’il y aura toujours un lendemain, après tout. Ils doivent aussi afficher  une confiance en soi qui ne peut venir, au fond, que d’une confiance collective.

 

Or, difficile de trouver meilleur candidat que Carey Price pour mener le navire. Il est le joueur de concession et doit l’être… sur tous les fronts.

 

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Social