Blogue Pierre Houde | Un moment de vérité dans l’histoire du Canadien

Le Canadien a pris un joli pari en offrant un contrat à l’attaquant et joueur autonome québécois, Alexandre Alain.

Le message de Geoff Molson a été clair lors du point de presse d’après-saison du Canadien: l’ampleur de la débandade de 2017-2018 devra servir à corriger le tir rapidement et sérieusement, et ce, à tous les niveaux. Même si, sur le plan hockey, on est encore à quelques jours des grandes décisions, force est d’admettre que l’organisation a déjà présenté à ses partisans une série de mesures importantes, qui semblent indiquer que la relance est bien amorcée.

 

Pierre Houde | RDS

Collaboration spéciale

 

Plusieurs étaient sceptiques à l’issue du bilan de saison du président Geoff Molson et du vice-président et directeur général Marc Bergevin, le 9 avril dernier, à Brossard.

 

« Beaucoup de principes, peu de détails », a été le commentaire le plus entendu dans les heures qui ont suivi. Cependant, j’étais de ceux qui croyaient qu’il fallait attendre les premiers gestes avant de porter un jugement aussi tranchant. Les meilleurs plans d’affaires viennent en effet d’objectifs et de stratégies claires et simples afin de s’assurer que les décisions subséquentes ne partent pas dans toutes les directions. Or, depuis la mi-avril, les choses ont bien changé au sein du personnel hockey du Tricolore et ce, dans le ton exact des principes fondamentaux sur lesquels a insisté M. Molson.

 

Que ce soit par voie de congédiements ou par la voie de départs « volontaires », le mouvement de changements est déjà impressionnant. Exit Rick Dudley, Jean-Jacques Daigneault, Dan Lacroix, Sylvain Lefebvre et Donald Dufresne. Arrivent Joël Bouchard, comme grand leader du Rocket de Laval, et Dominique Ducharme, comme adjoint à Claude Julien. Sous peu, un nouvel entraîneur des défenseurs se joindra à l’entourage de Julien. Ce n’est quand même pas rien, mes amis…

 

Vent de fraîcheur… à la québécoise! 

Sans le dire ouvertement, le Canadien a parfaitement compris les messages de sa clientèle et de la majorité de partisans. Très clairement, les amateurs insistent pour que l’équipe soit aux premières loges du recrutement du talent québécois, que ce soit au niveau des joueurs, des entraîneurs et du personnel de soutien. À talent égal, on insiste pour que le Tricolore soit pro-actif sur son propre territoire et on ne semble plus tolérer que le Lightning, les Jets et autres viennent piger le talent de chez nous, sous le nez de l’équipe.

 

Les embauches de Joël Bouchard et Dominique Ducharme viennent non seulement corriger la situation, mais contribuent aussi à assurer un renouveau chez les entraîneurs francophones, qui était rendu nécessaire avec le départ progressif de la génération précédente (Bob Hartley, Michel Therrien, Alain Vigneault, etc.) La direction du Canadien le répète encore et toujours : son entraîneur-chef doit être compétent, certes, mais il doit aussi parler le français. Or, on semble maintenant comprendre qu’il faut d’abord s’assurer de développer ces gens au lieu d’attendre passivement que d’autres le fassent.

 

Par ailleurs, le contrat offert à l’attaquant Alexandre Alain, de l’Armada de Blainville-Boisbriand, semble aussi démontrer une volonté d’offrir une chance aux joueurs d’ici, même s’ils ont été boudés au repêchage. Où est le risque, après tout ? Dans le pire des cas, le Rocket pourra avoir de bons joueurs et d’excellents ambassadeurs si la Ligue nationale est inatteignable pour ces jeunes québécois.

 

Le plus important reste à venir

Cela dit, le plus important reste encore à venir: présenter aux partisans une équipe compétitive le plus rapidement possible, mais aussi pour plusieurs années. Le Canadien procèdera sous peu à l’un des repêchages les plus importants de son parcours moderne et jusqu’à preuve du contraire, l’encan des jeunes joueurs du monde entier demeure, encore et toujours, la façon la plus sûre de bâtir une formation gagnante. La porte est donc grande ouverte pour Marc Bergevin et son personnel de recrutement, mais la marge d’erreur est nulle. Avant même le début de la nouvelle saison et une semaine avant la chasse aux joueurs autonomes, à compter du 1er juillet prochain, une grande partie de la crédibilité et, par conséquent, de l’avenir de l’état-major du club se jouera sur le plancher du American Airlines Center de Dallas, le weekend du 22 et 23 juin prochain.

 

La journée du 1er juillet viendra rajouter une bonne dose d’espoir pour les partisans et de pression pour les décideurs. Le camp d’entraînement et les matchs préparatoires en diront long sur la pertinence des décisions prises et des choix effectués, alors que la douzaine de matchs disputés en octobre prochain sera cruciale pour le personnel en place.

 

Oui, le Canadien vit indéniablement un moment de vérité dans son histoire!

 

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Social