Du haut des gradins | Hudon a su saisir sa chance

Charles Hudon (Getty)
Charles Hudon (Getty)
Charles Hudon le savait trop bien, S’il désirait s’établir en permanence dans le vestiaire du Canadien, il devait saisir la chance que Marc Bergevin et Claude Julien lui offraient cette saison. Il a relevé le défi avec brio.

 

Simon Bédard

sbedard@ovationmedias.com

@simonbedard17

 

Au cours de mon entretien avec Hudon (pages 64 à 69), on a quelque peu délaissé l’aspect familial, un sujet qui lui tient à coeur, afin de discuter de hockey et du rêve qu’il vit présentement dans le vestiaire du Tricolore.

 

« C’était une bonne occasion, une belle opportunité, a-t-il convenu au cours de notre entrevue. Mais si ça n’avait pas été ici, ç’aurait été ailleurs. En même temps, c’est certain que tu veux toujours jouer pour le Canadien de Montréal. C’est tellement gros, tellement prestigieux comme organisation. C’était mon objectif. »

 

Un objectif d’autant plus réaliste que le Québécois cognait à la porte depuis la saison 2015-2016. Il avait hâte de finalement s'établir avec le Canadien, à la maison, entouré des êtres qui lui sont si chers.

 

« Au cours de l’été, Marc Bergevin a laissé sous-entendre aux médias qu’un poste pouvait m’attendre et tout le monde m’en parlait, a-t-il mentionné. C’était difficile de ne pas penser à ça. Entre les deux oreilles, ç’a été plus dur cet été. Mon but premier, c’était de me retrouver en famille. Tenter d’oublier ce qu’on pouvait laisser miroiter côté hockey. »

 

Une façon d’aborder les choses qui ne vous étonnera guère après avoir lu le reportage qu’on a préparé au sujet de cet attaquant qui, malgré ses 23 ans, a la sagesse d’un vétéran.

 

Pour ce qui est des fervents des Jeux olympiques, ils ne seront pas en reste, puisque notre Top 10* (pages 40 à 47), porte sur les meilleurs joueurs de l’histoire à avoir représenté le Canada au hockey masculin. On vous invite d’ailleurs à revivre, en quelques points clés, aux pages 18 à 20, l’édition de Lillehammer, la dernière avoir été présentée sans les pros de la LNH avant cette année. Finalement, pour les curieux qui aimeraient en apprendre un peu plus sur la formation qui nous représentera à Pyeongchang, elle se trouve dans le segment En vrac*, aux pages 50 et 51. 

 

Sinon, à quelques semaines de la St-Valentin, on vous propose un spécial femmes* qui mettra en vedette la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF) et les Canadiennes de Montréal, et trois conjointes de joueurs de la LNH, qui ont accepté de nous faire entrer dans leur vie au quotidien, qui n'est pas aussi rose qu’on pourrait le croire.

 

De plus, aux pages 34 à 37*, vous pourrez en apprendre davantage sur Larry et Nick Carrière, un duo père-fils qui se donne corps et âme pour la cause du CH et du Rocket de Laval.

 

Sans oublier, également, notre entretien avec la belle surprise de l’année chez les Flyers et dans la Ligue nationale, l’attaquant Sean Couturier, qui a vu bien du pays avant d’aboutir à Philadelphie, lors de la saison 2011-2012.

 

Bonne lecture et bonne saison hivernale à tous!

 

*Reportages publiés dans la version payante uniquement

 

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Social