Du haut des gradins | Un habitué des projecteurs

Max Domi (Getty)
Max Domi (Getty)

Max Domi rêve de la Ligue nationale depuis qu’il est haut comme trois pommes. Il voulait imiter son père, Tie, et atteindre les plus hauts sommets de ce sport. Au sein d’une organisation Original Six de préférence, comme l’homme-fort avait pu le faire avec les Maple Leafs. Voilà ce qu’il a justement la chance de faire dans l’uniforme du Canadien.

 

Simon Bédard | Hockey Le Magazine

Rédacteur en chef

 

Max Domi est d’une aisance certaine dans un marché aussi enflammé que celui de Montréal. Il s’est présenté dans une tenue décontractée, tuque sur la tête, et a répondu à nos questions avec assurance pour un kid de 23 ans.

 

Domi est probablement la plus belle surprise de la saison chez le Canadien. Lorsque le directeur général Marc Bergevin l’a acquis des Coyotes en retour d’Alex Galchenyuk, en juin dernier, beaucoup de partisans s’étaient montrés insatisfaits de ce mouvement de personnel. Quelques mois plus tard, voilà qu’il est l’un des joueurs préférés des amateurs. Non seulement est-il productif et énergique sur la patinoire, sa personnalité attachante et son naturel devant les caméras facilitent grandement sa transition dans la Mecque du hockey.

 

Le marché de l’Arizona ne semblait plus convenir à ce jeune homme qui carbure à l’émotion et à la pression. Au plus grand bonheur des partisans du Canadien, qui en ont pour leur argent chaque fois qu’ils vont au Centre Bell avec pareil guerrier au sein de la formation. C’est pourquoi nous avons décidé d’en faire l’histoire principale de la présente édition, que vous pourrez retrouver aux pages 24 à 29*.   

 

Sinon, en ce mois de l’amour et de la St-Valentin, on a décidé de vous offrir quelques histoires plus légères, comme celle du défenseur Marc-Édouard Vlasic*, des Sharks, qui est un véritable amoureux des chiens. L’attaquante Hilary Knight*, des Canadiennes de Montréal, s’est aussi confiée à notre collaborateur Jasmin Leroux, alors que deux des entraîneuses de l’équipe, Danièle Sauvageau et Caroline Ouellette, ont accepté de discuter de la belle complicité qui les unit depuis tant d’années.

 

Défenseur voué à un bel avenir à la ligne bleue des Bruins, Jérémy Lauzon aurait bien pu ne jamais atteindre la Ligue nationale un certain soir d’avril 2016, alors qu’il a subi une terrible blessure dans l’uniforme des Huskies de Rouyn-Noranda. Apprenez-en davantage sur ce jeune homme aux pages 60 à 63.

 

Quant à Anthony Beauvillier (64-67), ses Islanders sont en train de créer beaucoup d’émoi. Il nous explique comment le départ de leur ex-capitaine, John Tavares, s’est avéré un point tournant dans leur début de saison des plus étonnants.  

 

Pour les partisans du Rocket de Laval, on vous propose un entretien avec l’attaquant Alex Belzile*, l’une des belles surprises de la formation cette saison.

 

Sinon, pour le plus récent segment de sa chronique De joueur à entraîneur, notre collaborateur Dany Dubé s’est entretenu avec le nouvel entraîneur-adjoint des Voltigeurs de Drummondville, Steve Bégin.

 

Finalement, on vous fait découvrir la passion du hockey et du Canadien du chanteur Sylvain Cossette* (48-49), alors qu’on vous amène dans les coulisses du mini Centre Bell extérieur de la famille Tremblay (54-55), situé à Lavaltrie.

 

Sans oublier, bien sûr, les chroniques habituelles de nos collaborateurs Pierre Houde, Marc Denis et Steve Turcotte*.

 

Bonne lecture et bonne fin de saison régulière 2018-2019 à tous!

*Reportages publiés dans la version payante uniquement.

 

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Social