Hockey Le Magazine

La nouvelle priorité de David Desharnais

David Desharnais avait l'air serein et bien dans sa peau, le 10 juin dernier, dans la région de Québec. (Louis-Antoine Lemire)
Habituellement, chaque fois qu’il revenait dans sa région natale de Québec pour la période estivale, David Desharnais consacrait son temps libre à trois choses bien précises : son entraînement hors-glace, son implication au sein de la Fondation Philippe Boucher et discuter de hockey avec les citoyens présents aux divers évènements caritatifs auxquels il était invité. 

 

Simon Bédard - @simonbedard17 

 

Mais cet été, ce n’est plus le cas. Pour l’heure, Desharnais ne veut pas discuter de hockey. Il a la tête ailleurs. Non seulement n’a-t-il rien à dire vu sa situation contractuelle, puisqu’il testera le marché des joueurs autonomes pour une première fois à compter du 1er juillet prochain, mais surtout, il peine encore à croire qu’il deviendra papa pour la première fois de sa vie, aux alentours du 5 juillet. 

 

« Ça va être spécial, mais j’ai bien hâte, confiait-il au Club de golf Lotbinière de St-Gilles, il y a quelques jours. Je pense que je suis dans une bonne position dans la vie, mentalement et émotionnellement, pour vivre tout ça. J’ai bien hâte à ce grand jour. » 

 

Le Québécois aura donc d’autres chats à fouetter, le 1er juillet prochain, lors de l’ouverture du marché des joueurs autonomes. Il fallait d’ailleurs le voir répondre avec un sourire en coin aux nombreuses questions des journalistes à ce sujet afin de réaliser que pour le moment, le hockey vient deuxième dans la vie de Davey

 

« On vieillit et on se rend compte qu’il n’y a pas juste ça qui compte, le hockey, dans la vie, dit-il. Il va y avoir un après-carrière. Bâtir une famille et me trouver quelque chose pour la suite faisaient partie de mes priorités. C’est sur quoi je me concentre présentement. » 

 

Mais puisque le Québec demeurera toujours une province axée sur le hockey, en hiver comme en été, Desharnais aura élaboré l’aspect familial que lors d’une discussion privée, quelques minutes plus tard. Tout au long de son scrum avec les journalistes, il a dû répondre à ces questions qui, plus souvent qu’autrement, tournaient autour de sa nouvelle situation contractuelle. 

 

« Je ne pense pas vraiment à ça présentement, a-t-il répondu. Pour l’instant, je ne peux rien contrôler avant le 25 juin, je crois. D’ici là, on ne peut pas parler aux équipes et, dans mon cas, ça se peut que ça soit encore plus long. J’essaie de ne pas trop penser à ça. J’ai une famille qui s’en vient, alors je veux en profiter le plus possible. »

 

Surtout que le natif de Laurier-Station n’est pas dupe. Il sait qu’on est loin de ces saisons 2011-2012 et 2012-2013, alors qu’il formait un duo choc avec Max Pacioretty sur la première unité offensive du Canadien. Maintenant âgé de 30 ans, il devra se résilier à un rôle de soutien et à un salaire beaucoup moins élévé que les 3,5 millions $ qu’il empochait en 2016-2017. 

 

« Je ne suis plus dans la même position qu’il y a trois ou quatre ans, alors que j’étais davantage un joueur de premier plan, reconnaît-il. Les organisations me voient davantage comme un joueur de troisième ou quatrième ligne, alors ça va prendre un peu plus de temps qu’à l’habitude. Je ne suis pas stressé avec ça et ça me convient également. Chaque année, le rôle change et la ligue rajeunit. J’ai été sur un trio offensif pendant trois ou quatre saisons et j’en étais bien heureux. Je crois que je serais encore en mesure de le faire, mais en même temps, remplir un rôle de soutien au sein d’une excellente formation ferait mon affaire aussi. » 

 

Il aura au moins pu le démontrer lors de son bref passage avec les Oilers, qui pourrait bien lui avoir permis de se remettre sur la map aux yeux des autres formations du circuit Bettman. Très peu utilisé et blessé pendant quelques semaines avec le CH, le principal intéressé a profité de son échange aux Albertains pour offrir un rendement honnête marqué, entre autres, par un but victorieux en prolongation lors de la première ronde des séries éliminatoires, contre les Sharks.

 

« Des fois, quand tu ne joues pas, tu te fais oublier un peu, convient l’ex-attaquant du Canadien et des Oilers, qui pense encore avoir deux ou trois bonnes saisons à offrir dans la LNH avant de songer à l’Europe. Pouvoir être de la formation sur une base régulière, démontrer à la ligue que je suis encore capable de produire et marquer en prolongation en séries, ça m’a assurément permis de me faire voir aux quatre coins de la ligue. Je suis bien content d’avoir pu contribuer aux succès des Oilers en fin de saison. » 

 

La meute de journalistes partie, David Desharnais revient sur le sujet qui l’interpellera le plus tout au long de la période estivale : la venue de leur nouvel enfant, à lui et sa copine Isabelle, qui lui permettra assurément de penser un peu moins au hockey et à toutes ces questions de contrat. 

 

« On ne peut pas vraiment le savoir avant que ça survienne, mais tout ce que j’espère, c’est de ne pas être trop sévère et d’être un bon papa, conclut-il en souriant. Avec mon parcours, je voudrai lui inculquer de bonnes valeurs, dont le respect, la détermination et de ne jamais laisser se piler sur les pieds. Mais le respect, d’abord et avant tout… » 

 

Des valeurs qui ont toujours permis à David Desharnais de repousser les limites peu importe les obstacles qui devaient se dresser sur son chemin. Même celui d’avoir été échangé pour la première fois de sa carrière en plein milieu de l’hiver et de faire face, quelques mois plus tard, à l’autonomie complète pour la première fois de sa carrière.

 

ÇA POURRAIT AUSSI VOUS INTÉRESSER:

En route vers la ville des vents: D'Artagnan Joly

Comment ont été construits les Predators et les Penguins?

Repêchage: et si tout le monde avait vu juste?

Le Canadien s'entend avec le joueur autonome Stefan Leblanc

Rinne, le gardien aux deux visages

Une toute nouvelle série!

Ilya Kovalchuk: six équipes seraient dans la course

Rangers: absence de cinq mois pour Jesper Fast

CH: un an pour Andreas Martinsen

Gaudreau 2, le reste des attaquants 4

Tomas Hyka, le troisième joueur des Golden Knights

Rangers: Henrik Lundqvist blessé à un genou

Randy Carlyle avec les Ducks jusqu'en 2018-2019

Du Québec à la LNH: Phillip Danault

Les Penguins affichent leurs vraies couleurs en troisième période

Crosby, Malkin... Guentzel!

Les Kings mettent le grappin sur le Québécois Bokondji Imama

Direction Vegas pour Trevor van Riemsdyk et Marcus Kruger?

Les Predators sont capables

Seulement 12 tirs au but dans une victoire des Penguins

Capitals: des équipes de la KHL font de l'oeil à Dmitry Orlov

Michal Kempny demeure avec les Blackhawks

Capitals et Maple Leafs à l'extérieur le 3 mars prochain

Le Canadien s'entend avec le joueur autonome Thomas Ebbing

Les Predators ont obtenu ce qu'ils méritaient

Pierre Dorion, David Poile et Peter Chiarelli en nomination pour le titre de DG de l'année

Oilers: absence à long terme pour Andrej Sekera

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Social