Hockey Le Magazine

Notre sport national, notre passion: Daniel Savoie

 
 

À l’automne prochain, sur les ondes de Ztélé, Daniel Savoie lancera une nouvelle série en lien avec le hockey appelée La vie après  Un projet qui lui permettra de se dissocier quelque peu de son populaire personnage Patrice Lemieux, qui l’a propulsé vers les plus hauts sommets ces dernières années. On s’est récemment entretenu avec ce véritable passionné de hockey, qui a le privilège de combiner ses deux plus grandes passions jour après jour.

 

Simon Bédard | Hockey Le Magazine

Rédacteur en chef

 

Simon Bédard Daniel, es-tu un amateur de hockey?

Daniel Savoie Je suis un grand fan de hockey depuis que je suis tout petit. Je suis né à Montréal et en 1986, lorsque le Canadien a remporté la coupe Stanley, j’avais deux ans et déjà, à cet âge-là, mes parents m’ont raconté que j’étais fou comme de la m...! Ma mère était enceinte de mon petit frère et je voulais qu’on l’appelle Bob Gainey parce qu’il était le capitaine de l’équipe. Vous voyez le genre…

 

SB Tu as un horaire plutôt chargé avec le tournage de ta série et l’écriture de tes nombreux projets. Quelle place le hockey occupe-t-il dans ta vie?

DS Ça occupe une très grande place dans ma vie! J’essaie de jouer deux fois par semaine dans une ligue de garage. J’ai toujours pratiqué ce sport-là et je ne veux pas que ça arrête. C’est une activité que je trouve vraiment l’fun! Ça te permet de rester en forme tout en passant du temps avec tes chums. L’autre aspect, c’est que je suis un grand pooler. Je fais des pools de hockey depuis l’âge de 14 ou 15 ans. Ça fait 10 ans que je fais partie d’un pool avec des anciens collègues de l’université et c’est un pool à vie comme on appelle, avec des joueurs que tu dois protéger à long terme. Il y en a qui joue aux jeux vidéos à longueur de journée, mais moi, je vais sur LNH.com pour regarder les statistiques de tous les joueurs et m’assurer de le gagner. Cette année, ça va bien et je suis premier jusqu’à présent!

 

SB Ton plus beau souvenir lié au hockey, que ce soit en tant que joueur ou simple partisan?

DS Mon premier souvenir qui me vient en tête, c’est la finale de 1991 quand les Penguins l’ont emporté avec Mario Lemieux. C’était vraiment la première fois que je suivais une finale avec attention. Même chose pour la finale de 1992. J’étais un grand fan de Lemieux et des Penguins. C’était tellement facile d’aimer une telle équipe à cette époque! Ensuite, en 1993, le Canadien a remporté sa dernière coupe jusqu’ici. Ces trois années-là m’ont vraiment marqué à vie. Depuis ce temps-là, je ne dois jamais manquer un match de la finale. C’est bien rare que je manque la partie où la coupe se gagne! Sinon, comme joueur, ce sont tous ces tournois auxquels j’ai pris part. On partait en autobus tout le monde ensemble, on se retrouvait dans des villes qui nous étaient inconnues et on sentait qu’il y avait une certaine effervescence. On jouait vraiment pour la victoire et lorsque le match était sur la ligne, qu’il y avait un réel enjeu, c’était un feeling unique.

 

SB Vas-tu souvent voir des matchs du Canadien au Centre Bell?

DS Oui, mais d’abord et avant tout, j’ai eu l’occasion de jouer moi-même au Centre Bell en quelques occasions lors du Face à Face des Célébrités et me considère extrêmement chanceux. C’est toujours spécial, mais il n’y a rien qui bat la première fois où tu y disputes un match. Pour les joueurs, ça doit être une expérience malade de vivre ça à pratiquement tous les jours. Pour nous, les artistes, ça nous permet d’évoluer, l’instant de quelques heures, sur le plus gros stage au Québec, si ce n’est pas sur la planète hockey. Sentir les bandes, entendre le son de tes patins qui brisent la glace, t’asseoir sur le même banc des joueurs que ceux du CH; ce sont toutes des choses qu’on est très chanceux de pouvoir vivre.

 

SB Impossible de ne pas parler de ton personnage de Patrice Lemieux. C’est vrai qu’il a changé ta vie?

DS [rires] Oui, c’est 100 % vrai de dire que Patrice Lemieux a changé ma vie. Elle a pris un tournant complètement inattendu grâce à ce personnage-là. Je n’aurais jamais pensé qu’un personnage que je faisais pour le simple plaisir sur YouTube allait avoir un tel impact sur le cours de ma vie. Ç’aura été une aventure formidable qui se poursuit encore aujourd’hui, même si je le fais de moins en moins maintenant. Un personnage marquant comme Patrice Lemieux, ça te suit toute ta vie et je suis très reconnaissant envers le public, qui l’a rapidement adopté et avec qui j’ai fait un bon bout de chemin. Il y a bien des gens qui croyaient que sa popularité allait être de courte durée, mais finalement, ç’aura duré quelques années. Je suis très content de ce que j’ai pu accomplir avec ça.

 

SB Les joueurs québécois de la Ligue nationale sont rapidement tombés sous le charme de ton personnage. Ça devait faire drôle d’avoir autant d’admiration de la part de ces gars-là, non?

DS C’était vraiment, vraiment spécial. À la base, je suis un grand amateur de hockey et voir que ceux que j’idolâtrais appréciaient et adoptaient mon personnage, c’était le plus beau cadeau qu’on aurait pu me faire. Ça m’a même amené à les côtoyer, chose qui était incroyable. J’ai profité de toute cette belle expérience-là et je la réinvestis dans un nouveau documentaire qui verra le jour l’automne prochain sur les ondes de Ztélé. Ça m’a permis de me servir de la connexion un peu plus privilégiée que j’avais avec eux pour faire la lumière sur la réalité de quelques-uns d’entre eux au terme de leur carrière dans la Ligue nationale. Comme la carrière d’un joueur professionnel, celle de Patrice Lemieux n’était pas éternelle, et on va pouvoir y tracer un parallèle dans cette série.

 

SB En terminant, parlons-en, justement, de cette nouvelle série. Que peux-tu nous dire à ce sujet?

DS Ça va s’appeler La vie après et ce sera diffusé dès l’automne prochain sur les ondes de Ztélé. Ce sera une série sous forme de documentaire dans laquelle on va aborder l’après-carrière d’anciens joueurs professionnels tels Maxime Talbot, Stéphane Matteau, Bruno Gervais, Daniel Brière, Steve Bégin et Pascal Dupuis. On ne pense pas à ça, mais lorsqu’ils prennent leur retraite, leur corps est hypothéqué au point de vue physique. En plus de ça, ils doivent se recréer leur propre identité. Toute leur carrière, ils mènent une vie de rockstar et du jour au lendemain, ils se retrouvent à faire la file avec tout le monde à l’épicerie. Ils vivent des choses passionnantes du point de vue personnel et c’est là-dessus que je voulais mettre l’emphase.

 

En tirs de barrage

Ton équipe préférée dans la LNH? Le Canadien.

L’équipe que tu détestes le plus dans la LNH? Il n’y en a pas vraiment. Je connais au moins une personne, de près ou de loin, dans chaque organisation.

Qui t’impressionne le plus actuellement dans la LNH?Patrice Bergeron.

Ton joueur préféré chez le Canadien présentement? Je suis un grand fan de Shea Weber. J’aime le leadership et la stabilité qu’il amène.

Le plus beau chandail dans la LNH?Celui des Blackhawks.

Et celui que tu aimes le moins? Celui des Jets.  

En juin prochain, le gagnant de la coupe Stanley sera? [Hésitation] Ayayaye! Je n’aime pas trop le jeu des prédictions et je pense qu’il pourrait y avoir une surprise. Dans l’Est, j’irais avec les Bruins et dans l’Ouest, j’opterais pour les Sharks.

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Social