Hockey Le Magazine

Une année festive pour les Cataractes!

Photo: Cataractes de Shawinigan

La Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) fêtera son 50e anniversaire en 2018-2019. Elle partage volontiers ce fait d’armes avec les Cataractes de Shawinigan, seule formation originale toujours enracinée dans sa ville natale.

 

Steve Turcotte | Hockey Le Magazine

Collaboration spéciale

 

Ces 50 bougies, c’est évidemment une occasion en or pour la concession de la Mauricie de fêter son parcours atypique. Pendant près de quatre décennies, ce sont des bénévoles qui ont opéré la franchise et traversé bien des tempêtes. Au milieu des années 2000, la formule n’était plus en mesure de supporter les budgets d’opération, qui n’arrêtaient pas de grimper. Ils étaient à bout de souffle, les bénévoles, et l’équipe était en faillite technique quand Martin Mondou et son groupe d’actionnaires ont décidé de prendre le relais.

 

La construction d’un nouvel aréna, livré à la fin de 2008, a bien sûr amené beaucoup d’eau au moulin et la population a recommencé à appuyer massivement l’équipe. Sur la glace, Mondou a fait le travail en accédant à deux finales du circuit et à une conquête de la coupe Memorial. Il a aussi produit des joueurs de la Ligue nationale comme Michaël Bournival, Anthony Beauvillier et Samuel Girard.

 

De plus, les Cataractes ont prouvé qu’ils étaient solides sur le plan organisationnel. La présentation du tournoi de la Coupe Memorial, en 2012, a été un succès monstre. Ils ont innové, en 2015, en créant la première Classique hivernale, un évènement magique qui s’est tenu à Saint-Tite. En février dernier, ils ont diversifié leurs activités en attirant plus de 3500 personnes pour un gala de boxe impliquant l’olympien trifluvien Simon Kean.

 

Trois gros évènements

Fidèles à leur réputation, les Shawiniganais ont convié leurs partisans à trois gros évènements en 2018-2019. Les festivités s’amorcent dès le début juin avec les Assises de la LHJMQ, dont le point culminant est la séance de sélection des joueurs de niveau midget. Cette semaine-là a demandé beaucoup de préparation point de vue logistique, mais elle en vaut le coup pour la région, qui encaisse ainsi plus de 850 nuitées dans les grands hôtels. Ajoutez les dépenses en restauration et vous avez un joli pactole qui tombe sur la Mauricie !

 

La séance de sélection s’annonce excitante pour ceux et celles qui vont s’entasser dans les gradins du Centre Gervais Auto, puisque les Cataractes disposent des 3e et 11e choix de la première ronde, en plus de trois autres sélections de deuxième tour. Le directeur général Martin Mondou, qui aime bien les coups d’éclat, a tous les atouts dans son jeu pour voler le spectacle s’il le désire…

 

Après le repêchage, les Cataractes seront engagés dans un sprint pour se préparer en vue de la présentation de leur deuxième gala de boxe de l’année. Forts de leur succès en février, ils ont damé le pion aux villes de Laval, Montréal et Québec pour obtenir le privilège de tenir le choc tant attendu des poids lourds entre Kean et Adam Braidwood, qui se déroulera le 16 juin. Plus de 4000 billets ont déjà été écoulés et les promoteurs se disent assurés de frapper une salle comble de 5500 convives !

 

Le dernier gros évènement sera la troisième Classique hivernale de la LHJMQ, au début de l’année 2019. Drummonville a tenu la deuxième dans son centre-ville, l’hiver dernier, avec brio. Les Cataractes, quant à eux, ont pris le pari de retourner à Saint-Tite. Ils savent qu’ils sont condamnés à être audacieux pour arriver avec une formule créative, question de rentabiliser l’opération.

 

Le président des Cataractes, Roger Lavergne, n’est pas encore prêt à fournir les détails de la programmation, mais il promet que son organisation sera à la hauteur.

 

« Nous savons que les amateurs de hockey sont derrière nous. Ils ont été plus de 100 000 à venir nous encourager, la saison dernière, malgré notre virage jeunesse sur la glace qui nous a menés à une exclusion des séries, relate Lavergne. Ce sont pour eux que nous travaillons. Nous voulons continuer à les surprendre, à bien les servir. Nous ne tenons rien pour acquis. C’est un peu stressant de se lancer dans d’aussi gros projets, mais c’est enivrant en même temps. Nous allons continuer à livrer la marchandise. »

 

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Social