Une toute nouvelle série!

Le Québécois Frédérick Gaudreau a dû patienter quelques instants avant que son filet soit accordé, lundi soir, à Nashville. (Getty)

 

Comme les choses peuvent changer rapidement en séries éliminatoires. Ce fameux momentum, comme l’on dit si souvent. Dans le trouble après les deux premiers matchs de la finale de la Coupe Stanley disputés à Pittsburgh, les Predators ont repris vie plus que jamais en gagnant les deux disputés au Bridgestone Arena de Nashville, dont celui de lundi soir par le score de 4-1 contre les Penguins. 

 

Simon Bédard - @simonbedard17 

 

Voilà que cette finale de la Coupe Stanley est maintenant à égalité 2-2 et qu’elle devient, une fois de plus, une série de deux de trois avec deux de ces rencontres présentés au domicile des Penguins, le PPG Paints Arena. 

 

Encore une fois, lundi soir, les Preds ont démontré pourquoi ils seraient si difficiles à vaincre devant leurs impressionnants partisans de Music City. Jamais n’auront-ils inquiété au cours de cette rencontre, dominée d’un bout à l’autre par les favoris de la foule. 

 

C’était même à se demander, à un certain moment, si le vent ne venait pas de basculer carrément en faveur des hommes de Peter Laviolette. Après tout, les Penguins sont fatigués et hypothéqués. Beaucoup plus que Nashville, qui a profité d’un calendrier plus favorable depuis le début de la grande danse du printemps. 

 

Après un match ou deux, ce facteur n’était pas vraiment à négliger. Après trois ou quatre, ça commence drôlement à l’être. Surtout qu’au chapitre des buts marqués, les Predators ont ainsi eu raison des Pens 9-2 lors des deux matchs présentés au Tennessee. Qu’on le veuille ou non, ça laisse des traces dans le mental d’une équipe, surtout lorsque ton gardien de bu numéro un, Matt Murray (22 arrêts), semble beaucoup moins dans sa zone qu’il ne l’était. 

 

Oui, la pression repose maintenant sur les épaules de l’équipe de la Pennsylvanie. Elle doit à tout coup l’emporter, jeudi soir, à Pittsburgh, sans quoi elle pourrait se retrouver en eaux troubles. Après tout, les Predators semblent invincibles à la maison, avec un reluisant dossier de 9-1! 

 

Si les Penguins parviennent à reprendre les devants dans cette finale, on pourrait avoir droit à du hockey de la LNH jusqu’au 14 juin. Dans le cas contraire, à la surprise générale, l’équipe chouchou des Québécois présentement pourrait bien triompher en six matchs, devant les siens. Imaginez le party qui s’en suivrait… 

 

Calle Jarnkrok, Frédérick Gaudreau, avec son second but vainqueur en autant de parties et son troisième de la présente finale, Viktor Arvidsson et Filip Forsberg ont fait mouche pour Nashville. 

 

Gaudreau est d’ailleurs devenu le premier joueur depuis John Harms en 1944, avec les Black Hawks de Chicago (ça s’écrivait ainsi à l’époque), à marquer les trois premiers buts de sa carrière dans la LNH en finale de la Coupe Stanley. Quelle histoire! 

 

Sidney Crosby a été le seul à tromper la vigilance de Pekka Rinne, qui a effectué 23 arrêts devant sa cage.

 

Finalement, cette finale pourrait être bien plus longue et divertissante qu’elle ne le laissait croire après le match numéro deux, mercredi dernier…

 

ÇA POURRAIT AUSSI VOUS INTÉRESSER:

Ilya Kovalchuk: six équipes seraient dans la course

Rangers: absence de cinq mois pour Jesper Fast

CH: un an pour Andreas Martinsen

Gaudreau 2, le reste des attaquants 4

Tomas Hyka, le troisième joueur des Golden Knights

Rangers: Henrik Lundqvist blessé à un genou

Randy Carlyle avec les Ducks jusqu'en 2018-2019

Du Québec à la LNH: Phillip Danault

Les Penguins affichent leurs vraies couleurs en troisième période

Crosby, Malkin... Guentzel!

Les Kings mettent le grappin sur le Québécois Bokondji Imama

Direction Vegas pour Trevor van Riemsdyk et Marcus Kruger?

Les Predators sont capables

Seulement 12 tirs au but dans une victoire des Penguins

Capitals: des équipes de la KHL font de l'oeil à Dmitry Orlov

Michal Kempny demeure avec les Blackhawks

Capitals et Maple Leafs à l'extérieur le 3 mars prochain

Le Canadien s'entend avec le joueur autonome Thomas Ebbing

Les Predators ont obtenu ce qu'ils méritaient

Pierre Dorion, David Poile et Peter Chiarelli en nomination pour le titre de DG de l'année

Oilers: absence à long terme pour Andrej Sekera

Jets: Connor Hellebuyck sera protégé

Bishop à Dallas, il reste quoi?

Les Penguins répliquent avec un blanchissage

Le Suédois Victor Ejdsell avec les Predators

Todd Reirden s'ajoute à la liste des Panthers

Un nouveau Bobby Ryan

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Social