Hockey Le Magazine

Cinquante ans sans coupe!

 
Pendant que les partisans du Canadien stressent parce que leurs favoris n’ont pas remporté la coupe Stanley depuis bientôt 24 ans, ceux des Maple Leafs n’ont pas célébré depuis 1967, soit il y a 50 ans ! « Tout vient à point à qui sait attendre », voilà un dicton que doivent souvent se répéter les Torontois!

 

Raphaël Doucet

rdoucet@ovationmedias.com

@raphdoucet

 

Pourtant, rien ne laissait présager pareille sècheresse à Toronto, puisqu’en 1967, les Leafs mettaient la main sur la coupe Stanley pour la quatrième fois en six ans, après les triomphes de 1962, 1963 et 1964.

 

Le championnat de 1967 constituait cependant une surprise. En outre, les Maple Leafs avaient connu une séquence de 10 matchs sans victoire lors du calendrier régulier et avaient terminé en troisième position du classement avec 75 points (32 victoires, 27 défaites et 11 nulles).

 

« Le 18 février, un éclair a frappé les Leafs quand [le directeur général et entraîneur-chef] Punch Imlach a éprouvé des problèmes de santé. L’équipe a demandé au légendaire King Clancy de le remplacer et soudain, tout a changé. Clancy a donné une chance aux mal-aimés, réunissant notamment sur le même trio Bob Pulford, Pete Stemkowski et Jim Pappin. Avec Clancy, l’équipe a remporté 7 victoires en 10 matchs », peut-on lire dans la Canadian Encyclopedia.

 

Imlach a maintenu un dossier de 6-4-0 après son retour, mais ce ne fut pas suffisant pour permettre aux Leafs de devancer le Canadien – champion de la coupe Stanley lors des deux saisons précédentes – au deuxième rang.

 

En séries, on ne donnait pas cher de la peau des Leafs puisqu’ils étaient vieux, très vieux même, avec 2 joueurs de 40 ans et plus, ainsi que 5 autres qui avaient au moins 36 ans !

 

Tout le monde voyait les Black Hawks de Chicago (ils l’écrivaient en deux mots à l’époque) l’emporter, après qu’ils aient décroché le championnat de la saison régulière avec 94 points, soit 17 de plus que le Canadien.

 

Les Hawks misaient notamment sur le champion marqueur (trophée Art-Ross) et le joueur le plus utile à son équipe (Hart), Stan Mikita, auteur de 97 points. Ça, c’était 17 de plus que son coéquipier Bobby Hull, le meilleur franc-tireur du circuit avec 52 buts.

 

Les attaquants Phil Esposito et Kenny Wharram, les défenseurs Pierre Pilote et Doug Mohns, et le gardien Glenn Hall portaient également le chandail à la tête d’indien. Toronto a toutefois surpris Chicago (41-17-12) en demi-finale, en l’emportant en six matchs.

 

« Dans le moment le plus dramatique de la série, le gardien des Leafs, Terry Sawchuk, a été coupé par un tir canon de Bobby Hull dans le cinquième match, à Chicago. Il est demeuré inerte sur la glace pendant une minute, mais est resté dans la partie et Toronto a gagné 4-2.

 

Autre fait important à noter, le trio de Stemkowski, Pappin et Pulford (que Clancy avait assemblé) menait maintenant l’attaque, alors que Larry Hillman et Marcel Pronovost formaient une excellente paire en défense », raconte-t-on, toujours dans la Canadian Encyclopedia.

 

Pappin et Keon, les leaders

 

Dans l’autre demi-finale, Montréal (2e) a balayé les Rangers de New York (4e). Le Canadien n’avait pas subi la défaite à ses 15 derniers matchs (12 victoires et 3 nulles) avant d’être surpris en six rencontres par les Leafs, qui ont ainsi décroché le 13e et dernier titre de leur longue histoire.

 

À égalité 2-2 dans la série, Toronto a remporté le cinquième match 4-1, avant de voir Terry Sawchuk – qui avait laissé sa place au vétéran de 42 ans, Johnny Bower, plus tôt dans la finale – se montrer intraitable dans le duel numéro 6, que les Maple Leafs ont remporté 3-1.

 

La ligne créée par King Clancy a terminé 1, 2 et 3 dans la colonne des pointeurs des champions ; Pappin avec 15 points (7-8), Stemkowski avec 12 (5-7) et Pulford avec 11 (1-10). Frank Mahovlich a aussi contribué, avec 10 points (3-7).

 

Tim Horton a été le pionnier en défense, après avoir été élu au sein de la deuxième équipe d’étoiles au terme de la saison régulière. Larry Hillman, Allan Stanley, Marcel Pronovost et Bob Baun l’ont aidé à bien protéger le filet de Sawchuk qui, à 37 ans, a récolté six des huit victoires torontoises. Johnny Bower a récolté les deux autres, trois ans avant de prendre sa retraite, au vénérable âge de 45 ans !

 

C’est toutefois le polyvalent joueur de centre Dave Keon qui a mérité le titre de joueur par excellence des séries. L’Abitibien a, entre autres, récolté huit points, en plus d’être constamment opposé aux gros canons des Black Hawks et du Canadien. Keon est, encore aujourd’hui, le seul joueur dans l’histoire du club à avoir remporté le trophée Conn-Smythe.

 

Lors des mois suivants le triomphe de 1967, Punch Imlach a pris des décisions douteuses comme directeur général, échangeant ou perdant au repêchage d’expansion des joueurs comme Mahovlich, Stemkowski, Baun et le jeune Garry Unger.

 

Ce fut le début de la fin pour les Leafs. Depuis, ils ne sont même jamais retournés en finale, s’inclinant en finale d’association en 1993 et 1994, sous les ordres de Pat Burns, et en 1999, sous la gouverne de Pat Quinn.

 

Tiré de l’édition d’avril de Hockey Le Magazine, un spécial séries éliminatoires 2017 de la LNH, qui est présentement disponible en kiosque et sur application mobile. Bonne lecture à tous et à toutes!

 

 

ÇA POURRAIT AUSSI VOUS INTÉRESSER:

Une grande fête du hockey à Las Vegas le 21 juin

CH: retour à la case départ

Sharks: mystère Cam Talbot résolu!

LHJMQ: Giovanni Fiore s'entend avec les Ducks

Pas une, mais deux visites du Canadien à Québec l'an prochain

Jour de match | Le match pivot de la série?

La prolongation sourit à nouveau aux Maple Leafs

Les Maple Leafs devront se passer des services de Roman Polak pour le reste des séries

Blue Jackets: saison terminée pour Zach Werenski

Les séries, une toute autre saison

Enfin l'année d'Ovechkin?

Ces héros obscurs potentiels

Championnat du monde: Jon Cooper à la tête du Canada

Repêchage: Nolan Patrick demeure le meilleur espoir

Bob Probert et le Joe Louis Arena liés à jamais

Séries LNH: prédictions du premier tour!

Canucks: la porte pour Willie Desjardins

Remue-ménage complet chez les Kings

L'aréna Samson de Laval portera dorénavant le nom de Martin St-Louis

Devils: Patrik Elias, pour une dernière fois...

Hurricanes: la sclérose en plaques aura eu raison de Bryan Bickell

C'est terminé entre Lindy Ruff et les Stars

Le portrait des séries 2017

CH: Lindgren et Lernout à St. John's; Sergachev à Windsor

Course aux séries: les derniers enjeux

Top 10 entraîneurs-chefs francophones: Bowman, un pilote à part!

Penguins: quatre à six mois d'absence pour Kristopher Letang

Sabres: une situation très préoccupante pour Kyle Okposo

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Social