Blogue Dany Dubé | Dix règles d’or pour les entraîneurs

 
Les règles d’or sont un point de référence pour les entraîneurs et les gestionnaires. Tous les gens qui travaillent en équipe se bâtissent des règles d’or qu’ils peuvent mettre en application dans certaines situations. Il s’agit de quelque chose d’important, qui nous évite de nous éloigner de notre vraie nature et de nos convictions profondes et qui nous définit comme personne et comme leader. Je vous invite d’ailleurs à réfléchir à certaines des questions fondamentales répertoriées dans cette chronique.

 

Dany Dubé | Hockey Le Magazine

Collaboration spéciale

 

1-La vision

Pour bien des gens, la vision, c’est abstrait. Ils ont de la difficulté à mettre ça en mots. Quand tu as de la vision, ça veut dire que tu es en train de voir jouer et interagir ton équipe. Tu fermes les yeux et tu peux la visualiser, comme un skieur avant d’entamer sa course ou comme un gardien de but qui simule des situations de deux contre un dans sa tête avant un match. La vision définit beaucoup qui tu es. À noter qu’il est important que tout le monde ait une tâche au sein d’une équipe. Par exemple, on demande parfois aux recrues de ramasser le vestiaire avant de quitter pour que tout soit propre. C’est une valeur et une conviction qui représentent bien notre équipe. En ce sens, on laisse quelque chose de positif derrière nous, même le vestiaire. On prend un jeune et on l’intègre en lui faisant faire une petite tâche de la sorte.  

 

2- À propos de soi-même (se définir comme leader)

Les meilleurs entraîneurs sont ceux qui savent s’entourer. Pour savoir s’entourer, il faut que tu saches ce que tu as à offrir et dans quoi tu es moins à l’aise. C’est vraiment important, car en tant qu’entraîneur, tu es le quart-arrière de ton équipe. Le coach doit se définir en sachant qui il est, ses forces et ses faiblesses, ses convictions, ce qui le fait carburer et, aussi, ce qui lui tombe sur les nerfs ! Tout cela lui permettra de mettre en place son style de leadership. Moi, par exemple, je suis un leader qui est coopératif. Je ne veux pas que tout repose sur mes épaules, mais bien partager. Je ne pense pas avoir raison sur toute la ligne. Ce que je veux, c’est d’être capable d’échanger et que les gens avec qui je travaille soient à l’aise de me dire ce qu’ils pensent réellement. S’ils croient que je suis dans l’erreur, je veux qu’ils soient en mesure de me le dire.

 

3- L’éthique

L’éthique, ce sont toutes les valeurs qui nous animent. Répondre à l’éthique, c’est aussi répondre à des règles. Comme entraîneur, on doit se bâtir notre propre code d’éthique. Dans mon cas, la progression constante fait partie de mon code d’éthique. Ça veut dire que je ne tolère aucun joueur qui n’essaie pas de s’améliorer au sein de ma formation. Ce n’est pas le joueur que je ne tolère pas, mais bien l’attitude et je vais intervenir à ce sujet. Tu dois toujours essayer de t’améliorer. Puisque la progression fait partie des convictions profondes qui m’animent par rapport à l’éthique, quand tu arrives à l’entraînement, tu dois être prêt à travailler fort. L’éthique nous procure un meilleur comportement en compétition et, éventuellement, de meilleurs résultats.

 

4- La compétition

Il faut avoir une culture qui est compétitive. Une culture qui met en valeur le sens de la compétition, ça veut dire que tes joueurs accueillent le défi avec un large sourire et qu’ils sont contents de cela. Là où les jeunes sont souvent dans l’erreur, c’est qu’ils se mesurent à une autre équipe, alors que le plus important est de se mesurer à soi-même. C’est pour cela qu’il est important d’avoir des outils de mesure pour savoir à quoi s’en tenir. La compétition, c’est un peu comme faire un examen à l’école pour savoir où on en est rendu dans notre compréhension de la matière. Il s’agit d’une unité de mesure pour savoir à quelle place on en est dans notre progression, pas juste par rapport à l’adversaire, mais aussi par rapport à soi-même.

 

5- L’échec

Malheureusement, les gens dramatisent souvent l’échec. Ils accordent trop d’importance à cela. L’échec, je le perçois comme une lecture de ma progression pour savoir où j’en suis rendu. Il faut que tu t’éloignes de tes émotions pour avoir un regard juste sur la défaite. Des fois, tu peux ne pas être content de la manière dont ça s’est passé et il peut y avoir un peu de frustration, mais tu dois prendre du recul. Lorsque tu analyses l’échec et son résultat, tu dois avoir la tête froide. Si ton analyse n’est pas exacte, ça va avoir un impact sur ta prochaine prestation. Comme entraîneur, tu as le devoir d’avoir la bonne lecture de ce qui s’est passé. La chose la plus importante pour un coach, c’est d’être juste et d’avoir la tête à la bonne place pour ne pas regarder les mauvaises choses. Si ta formation a perdu un match parce qu’elle a été indisciplinée, tu devrais peut-être te questionner à savoir pourquoi les joueurs n’adhèrent pas à ce que tu leur suggères. Il y a quelque chose derrière ça. Pourquoi les choses se sont-elles passées ainsi?

 

6- Le succès

Même dans le succès, tu dois demeurer loin de tes émotions parce qu’il peut arriver que tes impressions soient biaisées par le résultat. Parce que tu as obtenu un bon résultat, tu peux penser que tu es à l’abri de tout, et c’est là que tu dois te concentrer sur le processus. Comment le résultat a-t-il été obtenu ? Autant faut-il dédramatiser la défaite, autant faut-il ne pas accorder trop d’importance à la victoire. Il faut plutôt s’attarder à la façon dont on a gagné, donc au processus. Il y a des soirs où tu gagnes, mais ton équipe n’a pas bien joué. La seule chose qui peut te garder à l’abri des contre-performances, c’est la qualité de l’effort et de l’exécution, la présence d’esprit, ta tendance à jouer dans le système, le focus sur les détails, la qualité d’influence de tes leaders et j’en passe. Tu dois prendre ces éléments en considération, autant dans la victoire comme dans la défaite. Quand tu as du succès, tu ne dois pas être aveuglé par le résultat. Tu dois creuser plus loin et t’attarder au processus.

 

7- Le respect

Il n’y a aucun statut qui te donne le droit de manquer de respect à ton entourage. Le fait de démontrer du respect à tes collègues, à tes joueurs et aux arbitres fera en sorte que tu seras respecté. Le respect est une règle universelle. C’est quelque chose qu’on enseigne à nos jeunes et qu’on doit appliquer dans notre comportement au quotidien. Ça fait partie de mes valeurs profondes et si tu t’aperçois que ça ne se passe pas ainsi dans ton vestiaire, c’est signe qu’il y a quelque chose qui cloche dans ton message. Un coéquipier qui ne respecte pas l’un des siens, l’adversaire ou l’arbitre t’empêche d’évoluer. Il faut toujours se souvenir que notre entourage est là pour nous faire grandir, même nos adversaires.

 

8- La communication

Avec la communication, il faut faire attention. Lorsque tu t’adresses à ton équipe ou à tes joueurs, tu peux parler avec ton cœur, mais ton discours doit être préparé avec ta tête. En d’autres mots, lorsque tu prends la parole, c’est pour t’assurer que tu véhicules ce qui définit l’équipe. Tu peux le transmettre avec émotion et parler avec ton cœur, mais ton plan de communication doit demeurer stratégique. Il permet de mettre en perspective tout ce qui rassemble et définit l’équipe. Ça peut arriver que je dise non seulement aux joueurs, mais aussi aux membres de ma famille, que telle action ou affirmation ne nous ressemble pas et qu’elle ne cadre pas avec qui on est. Je disais toujours aux joueurs que je ne les jugeais pas, eux, mais bien leur comportement et leur attitude. Je ne suis pas quelqu’un de rancunier. Ton comportement est adéquat ou ne l’est pas en fonction de ce qui définit l’équipe. On évalue la portée du comportement et de l’attitude de nos joueurs en fonction des valeurs qui animent et rassemblent notre équipe. Comme entraîneur, la communication doit toujours nous ramener à celles-ci puisque ce sont elles qui nous rassemblent.

 

9- Le concept d’équipe

Pour moi, le concept d’équipe désigne une chose assez simple : s’assurer que tout le monde a une place. La pire des choses qui peut arriver à une équipe, c’est d’avoir des joueurs qui sentent qu’ils n’ont pas de place. À ce moment-là, ça peut devenir un fardeau pour les autres parce que ces derniers ne s’impliqueront pas. Dans le concept d’équipe, l’une des règles d’or, c’est de mettre son talent à la disposition de l’équipe. En d’autres mots, je n’utilise pas mon talent pour me mettre en valeur, c’est ma contribution qui fait en sorte que je me mets en valeur. Mon talent est au service de l’équipe.

 

10- La motivation

La motivation, c’est avant tout de sentir que ce que l’on fait pour l’équipe est reconnu. C’est pour cela que la responsabilité de l’entraîneur, pour garder sa troupe motivée, est de s’assurer de reconnaître la contribution d’un joueur même si elle n’apparaît pas sur la feuille de pointage. Un joueur qui encaisse un coup pour l’équipe, qui bloque un tir, qui aide ses coéquipiers ou qui se comporte de la bonne façon, par exemple. C’est vraiment important, car c’est ce qui fait qu’on est en mesure de se dire ‘J’ai ma place dans l’équipe ! On reconnaît ce que je fais pour l’équipe’ La motivation nous ramène, ultimement, à la notion de progression constante. Comme entraîneur, tu dois toujours garder en tête que chaque joueur veut améliorer son sort. Ce n’est pas parce que je suis en train de faire quelque chose que j’aime que je ne voudrai pas améliorer ma situation, comme avoir plus de temps de glace, de plus grandes responsabilités ou un meilleur statut au sein de l’équipe. Il ne faut pas juste faire son travail, mais bien le faire et en faire un peu plus que le client en demande. Lorsque ma situation s’élargit, j’ai plus d’influence sur le résultat, j’ai une contribution plus importante et, par conséquent, j’ai plus de reconnaissance de mes coéquipiers. Comme joueur, ça nourrit mon désir de contribuer davantage.

 

Voilà pourquoi votre vision doit être au cœur de chacune de vos décisions et de vos actions comme entraîneur, mais aussi comme leader. Vos joueurs vous observent.      

 

PARTAGEZ-NOUS VOS RÈGLES D’OR !

Vous aussi, en tant qu’entraîneur ou gestionnaire, vous avez vos règles d’or ? Partagez-les avec nous au sbedard@ovationmedias.com et Dany Dubé pourrait y ajouter son grain de sel dans notre prochaine édition !

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Social