Blogue Marc Denis | Les surprises et déceptions de 2019-2020 devant le filet

Jacob Markstrom (Getty)

Comme plusieurs d’entre vous, j’en suis convaincu, la conjoncture actuelle m’embête au plus haut point. Au moment d’écrire ces lignes, confiné à la maison, devant l’inconnu autant pour notre quotidien que pour le monde sportif qui nous anime, je me demande si le moment est bien choisi pour y aller de bilans ou de regards vers l’avenir pour la suite des choses. Avec une grande partie du calendrier régulier complétée dans la Ligue nationale, pourquoi ne pas regarder du côté de mes surprises et déceptions devant le filet cette saison ?

 

Marc Denis | RDS

Collaboration spéciale

 

Les surprises

Pour moi, la plus grande surprise est Jacob Markstrom, des Canucks. Le premier choix des Panthers en 2008 a mis un certain temps à atteindre son plein potentiel. Près de dix ans, en fait. Bel exemple de persévérance, il utilise beaucoup mieux son gabarit imposant et ses qualités athlétiques, si bien qu’il ne connaît pas beaucoup de mauvais matchs. Pour moi, malgré une jeune attaque dynamique et les projecteurs braqués sur la sensation à la défense, Quinn Hughes, Markstrom représente la principale raison de la présence des Canucks au cœur de la course pour une place en séries éliminatoires.

 

Au Colorado, les blessures à Philipp Grubauer ont ouvert la voie à un gardien peu connu en Amérique du Nord. Il aura fallu sept bonnes saisons professionnelles à Pavel Francouz avant de se faire valoir dans la Ligue nationale. Trois dans sa Tchéquie natale avec Litvinov, avant de s’illustrer pendant trois autres saisons dans les monts Oural avec Chelyabinsk, dans la Ligue continentale russe (KHL). Une bonne saison avec les Eagles du Colorado, dans la Ligue américaine, lui aura permis de s’adapter adéquatement au jeu de ce côté-ci de l’Atlantique, ce qui l’a aidé, à l’âge de 29 ans, à saisir sa chance avec l’Avalanche.

 

Pour conclure ma rubrique des surprises, impossible de passer sous silence l’apport de Tristan Jarry, qui semble élever son jeu d’un cran lors des moments clés d’un match. Il a permis à Matt Murray de jouer moins souvent et de prendre tout son temps pour retrouver ses moyens après un début de saison plus chancelant à Pittsburgh. Avec deux gardiens en pleine possession de leurs moyens, dans un passé pas si lointain, les Penguins ont connu beaucoup de succès.

 

Les déceptions

Sergei Bobrovsky n’a pas été parmi les pires gardiens en 2019-2020, mais force est d’admettre qu’après avoir paraphé un contrat au son des tambours et trompettes dans le sud de la Floride, il n’a pas rempli son mandat. Pas à la hauteur des attentes en raison d’un manque de constance, il aurait tout de même été en position de faire oublier le tout avec une poussée tardive de son équipe vers le tournoi printanier.

 

Pas de poussée tardive à Detroit, cependant. Facile de blâmer le gardien de la pire équipe de la ligue depuis un bon bout de temps, mais malgré ses 35 ans, la chute statistique de Jimmy Howard a de quoi surprendre, tout comme son incapacité à effectuer l’arrêt lui permettant d’aller chercher de rares victoires.

 

Dernière déception au tableau : Pekka Rinne. Le vétéran des Predators ne s’attendait certes pas à voir Juuse Saros lui ravir son poste de partant, alors que Nashville se retrouvait au beau milieu d’une course effrénée pour une place en séries. Celui qui nous a habituer à rebondir après des saisons moins convaincantes, remportant même le Vézina à la mi-trentaine, devra sortir un autre lapin de son chapeau pour surprendre à nouveau la planète hockey.

 

Et dans la Ligue américaine?

Une courte incursion dans la Ligue américaine avant de se quitter, alors que cette pause obligatoire pourrait permettre à de nouveaux gardiens de faire leur entrée dans la grande ligue sous peu.

 

S’il semble déjà acquis qu’Igor Shesterkin fera partie de « l’après-Henrik » à Manhattan, qu’en est-il à Washington, avec le départ annoncé de Braden Holtby? Pheonix Copley?  Vitek Vanecek?

 

Le Wild, de son côté, risque d’être tenté de donner une chance au jeune Finlandais Kaapo Kahkonen, qui a connu toute une saison avec le Wild de l’Iowa.

 

Avec Jaroslav Halak qui pourrait être agent libre, le Tchèque Dan Vladar s’est bâti de solides arguments cette saison, à Providence, pour convaincre les Bruins de lui faire une petite place pour seconder Tuukka Rask, si celui-ci ne tire pas sa révérance, bien entendu…

 

Autres surprises : Anton Khudobin, Ilya Samsonov et Mikko Koskinen

 

Autres déceptions : Martin Jones, Braden Holtby et Devan Dubnyk

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Social