Blogue Pierre Houde | Un plan de relance aux retombées multiples

La Ligue nationale de Gary Bettman et l'Association des joueurs de Donald Fehr pourraient avoir frappé un coup de circuit en s’entendant sur plusieurs points importants pour les quatre prochaines années.

Scepticisme, pessimisme, incrédulité, moqueries, etc. Dès les premières annonces du plan de relance de la Ligue nationale, nombreux sont ceux qui refusaient d’y croire. Pourtant, non seulement ce plan s’est-il concrétisé, on a aussi pu apprécier davantage l’ampleur de la démarche. Car après tout, il y avait beaucoup plus que la simple conclusion de la saison 2019-2020 dans ce projet.

 

Pierre Houde | RDS

Collaboration spéciale

 

On se souviendra tous du 12 mars 2020. À partir de ce moment, la Ligue nationale est entrée dans une ère que personne n’aurait cru possible. Depuis 1994, il y avait bien eu trois lockouts, dont celui qui avait annulé toute la saison 2004-2005, mais cette fois, il n’y avait pas d’enjeux à comprendre et à expliquer, pas de blâmes à distribuer aux deux clans et pas d’analyses économiques compliquées à faire. Il restait simplement à attendre la prochaine étape, rien de plus. Sans avoir la moindre idée du moment et du contenu de cette prochaine étape.

Près de quatre mois plus tard, force est d’admettre que les dirigeants du circuit ont non seulement fait preuve de créativité et de discernement quant au projet de la conclusion de la saison, ils ont aussi sauté sur l’occasion pour resserrer les liens avec les joueurs et ainsi concocter un nouveau plan de travail permettant d’envisager une entente à long terme avec eux. Quand on regarde ce qui s’est passé dans les autres sports, dont le baseball majeur, on peut dire que le commissaire Gary Bettman a fort bien manœuvré dans ce contexte très délicat !

 

Ajout de marchés majeurs et revenus additionnels

Si l’annonce de l’inclusion de huit des 15 équipes éliminées du portrait des séries éliminatoires en date du 12 mars a créé beaucoup de controverse sur le plan sportif, c’est tout le contraire sur le plan de la visibilité et de la finance. Cette idée d’une ronde préliminaire « élargie » n’était rien de moins que géniale ! Elle a d’abord permis le repêchage de quatre marchés majeurs pour la ligue : Montréal, New York, Chicago et Minnesota, le principal foyer du hockey aux États-Unis. Elle a aussi permis aussi l’inclusion de Winnipeg et d’une ville canadienne supplémentaire, ce qui porte à six le nombre d’équipes du pays à pouvoir participer aux séries. Pour les réseaux nationaux, c’est du bonbon après des années de vache maigre.

Mais ce n’est pas tout ! Puisque la ronde préliminaire n’était pas considérée comme les séries en tant que telles, la Ligue nationale a donc pu vendre aux plus offrants les droits de diffusion de cette première étape « 3 de 5 » au-delà des droits de diffusion des séries déjà acquis par les trois réseaux nord-américains, il y a six ans. C’est de l’argent neuf, de l’argent qui vient combler une petite partie du grand manque à gagner qui accompagne cette pandémie. D’ailleurs, pourrions-nous voir une version modifiée de cette ronde de qualification dans l’avenir ? Comme ces matchs ultimes donnant accès aux séries au baseball majeur, par exemple ?

 

Retour de politesse à NBC

Pas besoin de s’étendre très longtemps sur ce sujet. NBC, le diffuseur national de la Ligue nationale aux États-Unis, doit combler un vide majeur cet été : l’absence des Jeux olympiques de Tokyo. Des centaines d’heures de diffusion étaient ainsi disponibles sur l’antenne principale et sur l’antenne sportive du grand diffuseur. En attendant la NFL, à l’automne, les cinq rondes éliminatoires mises de l’avant par la Ligue nationale ont sûrement plu à NBC. Pour Bettman, c’était aussi l’occasion de rétablir les ponts avec son partenaire télé, qui avait été privé des joueurs de la LNH aux J.O. de Pyeonchang.

 

Un contrat de travail à la satisfaction des deux clans ?

Le grand coup du commissaire aura cependant été de profiter de cette période de confinement et d’arrêt des activités pour mener des discussions sérieuses et constructives avec l’Association des joueurs. Il s’agit d’un véritable contraste avec sa philosophie d’affrontement manifestée depuis qu’il est en poste.

Gary Bettman a habilement mis sur la table des propositions qui répondent directement aux soucis principaux des joueurs, dont l’abaissement graduel de la portion des salaires mise en fiducie, l’application des clauses de non-mouvement pour toute la durée d’un contrat (peu importe l’équipe), une approche quand même assez généreuse quant au plafond salarial malgré l’incertitude du niveau des revenus futurs et la participation aux deux prochains Jeux olympiques d’hiver, à Pékin et à Milan-Cortina d’Ampezzo.

Bien qu’il faut aussi souligner la coopération et l’ouverture d’esprit de Donald Fehr et de l’Association des joueurs, il reste que la perspective d’une nouvelle convention de quatre ans avec les joueurs représente tout un dénouement pour Gary Bettman, la Ligue nationale et pour le hockey en général.

Souvent étiquetée comme le plus modeste des quatre grands circuits de sports en Amérique du Nord, la Ligue nationale pourrait bien être la grande gagnante de cette récente période trouble !

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Social