Blogue Steve Turcotte | Cinq aspirants, une coupe du Président

Samuel Bolduc est passé au Phoenix de Sherbrooke au cours de la période des Fêtes. (Getty)

Voilà, les jeux sont faits dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) ! À la période des Fêtes, les prétendants aux grands honneurs ont ajouté des munitions de qualité afin d’espérer veiller le plus tard possible ce printemps. Il y a cinq clubs qui sont armés pour succéder aux Huskies de Rouyn-Noranda, champions de la coupe du Président et de la coupe Memorial l’an passé. Voici l’état des forces après la plus récente période des transactions dans le hockey junior majeur québécois.

 

Steve Turcotte | Le Nouvelliste

Collaboration spéciale

 

PHOENIX DE SHERBROOKE

Les hommes de Stéphane Julien forment la meilleure équipe de la ligue depuis le jour 1 de la saison. Au cours du dernier mois, Julien a souvent dû se défendre avec plus d’une demi-douzaine d’absents et son équipe a continué de gagner avec régularité. Le directeur général, Jocelyn Thibault, n’a pas été le plus flamboyant lors de la dernière période des transactions, mais il a quand même tonifié sa ligne bleue avec les ajouts de Samuel Bolduc (Armada) et de Xavier Bernard (Islanders), en plus d’ajouter un attaquant sous-estimé en Charles-Antoine Roy, qui était anciennement le capitaine des Olympiques. Si le gardien recrue Samuel Hlavaj est aussi solide en séries éliminatoires qu’en saison régulière, tous les espoirs sont permis pour le Phoenix.

 

SAGUENÉENS DE CHICOUTIMI

Ça fait un méchant bout de temps que les fans des Saguenéens n’ont pas été aussi excités ! Avec des choix plein les poches, l’entraîneur-chef et directeur général, Yanick Jean, a décidé de foncer et de s’offrir le meilleur alignement, sur papier, de toute la LHJMQ. Il s’est notamment payé Raphaël Lavoie (Mooseheads) et Dawson Mercer (Voltigeurs), deux joueurs d’Équipe Canada junior. L’attaque des Saguenéens fait peur et elle a du vécu de qualité. Rafaël Harvey-Pinard et Félix Bibeau ont joué un rôle important dans les conquêtes des Huskies, le printemps dernier. C’est plus mince à la défense, certes, mais avec un gardien comme Alexis Shank, les Sags ont tout ce qu’il faut pour au moins se rendre jusqu’en finale.

 

OCÉANIC DE RIMOUSKI

L’Océanic mise sur le meilleur joueur junior au monde en Alexis Lafrenière. À défaut d’avoir la profondeur du Phoenix et des Saguenéens, l’entraîneur-chef et directeur général, Serge Beausoleil, peut quand même s’encourager en se disant que c’est lui qui a le cheval de tête sous ses ordres. Durant la dernière période des transactions, il s’est assuré de bonifier l’encadrement autour de Lafrenière. Sa plus grosse prise est sans aucun doute Justin Bergeron (Huskies), l’un des deux arrières les plus convoités. À l’attaque, l’ex-capitaine de l’Océanic, Nicolas Guay, arrive avec de l’expérience et du leadership. L’ancien attaquant des Remparts, Andrew Coxhead, est quant à lui sous-estimé. Ne pariez pas contre l’Océanic !

 

WILDCATS DE MONCTON

Comme les Saguenéens, les Wildcats ont dépensé sans compter durant les Fêtes pour greffer des vétérans de qualité à leur noyau. Les attaquants Benoît-Olivier Groulx (Mooseheads) et Gabriel Fortier (Drakkar), de même que le défenseur Jared McIsaac (Mooseheads) rejoignent une équipe solide, dont le leader est Jakob Pelletier. Ajoutez au puzzle le gardien Olivier Rodrigue, arrivé à Moncton durant l’été, et vous avez une formation aux griffes très aiguisées ! Les Wildcats devraient se battre jusqu’à la fin pour la tête de l’Association Est, une position stratégique importante en vue des prochaines séries.

 

EAGLES DU CAP-BRETON

Même s’ils évoluent dans la très relevée Association Est, les Eagles ont décidé de foncer. L’équipe a un nouvel état-major depuis l’an dernier et le message que ce dernier veut lancer, c’est que les Eagles ne veulent plus se contenter de faire de la figuration. Logés au quatrième rang de leur association, les Eagles ont acquis les services de Tyler Hinam (Huskies), Shawn Élément (Titan) et de Xavier Bouchard (Drakkar), prenant donc le pari d’assembler un club mature et intimidant au plan physique. Bouchard semble notamment se plaire au Cap-Breton, avec 11 points et un différentiel de +14 en dix matchs.

 

Chiffres en date du 27 janvier 2020

Social