Du haut des gradins | La simplicité de Jérémy Lauzon

Jérémy Lauzon a passé du temps en compagnie de son agent et de l'auteur de ces lignes, lundi après-midi.
Pas de doute, Jérémy Lauzon a un avenir prometteur devant lui. Que ce soit dans la Ligue nationale, dans l’uniforme des Bruins, ou dans toute autre sphère de la vie, le jeune homme possède les atouts pour s’épanouïr.
 

Simon Bédard | Hockey Le Magazine

Rédacteur en chef

 

J’ai eu l’immense privilège de passer l’après-midi en sa compagnie et celle de son agent, André Ruel, avant le match d’hier soir, contre les Bruins, au Centre Bell. Une rencontre initialement prévue pour un reportage à paraître dans notre prochaine édition, début février, qui s’est finalement avérée un après-midi à discuter de tout et de rien autour d’une table d’un restaurant de l’hôtel Ritz Carlton, au centre-ville de Montréal.

 

Bien sûr, je vais vous faire patienter jusqu’à la parution de notre prochaine édition afin de vous faire connaître son histoire, mais je me devais néanmoins de souligner, par le biais de ce blogue, la maturité et l’intelligence du jeune homme.

 

Hier, lorsqu’on a passé l’après-midi ensemble, il était à quelques heures d’être rayé de la formation des Bruins pour une septième rencontre de suite. Sept rencontres consécutives, c’est somme toute long, surtout lorsqu’on a connu un début de saison aussi surprenant que le sien.

 

Malgré tout, il gardait le moral et a été d’une générosité exceptionnelle. Des jeunes hommes de 21 ans qui décident de passer tout l’après-midi, le jour d’un match de surcroit, avec son agent et un rédacteur sportif, je n’en connais pas des tonnes. Je m’attendais à une rencontre agréable, certes, mais jamais à ce point. Beaucoup plus brève, en tout cas.

 

Voilà pourquoi je ne suis pas inquiet pour lui. Dans les coulisses, on raconte que le directeur général des Bruins, Don Sweeney, l’adore et que son attitude est irréprochable. Le jeune défenseur part de loin, a dû surmonter sa part d’embûches au cours des dernières années et il provient d’une brillante famille, le père et la mère occupant des emplois de choix dans le domaine de la santé.

 

Comme il l’a rappelé quelques fois au cours de l’après-midi, il a été employé une quinzaine de minutes par match en début de saison, notamment lors de la première visite de la saison des Bostonnais au Centre Bell, le 24 novembre dernier. Lors de son dernier match, contre les Panthers, il a été employé pendant quelque 18 minutes.

 

Il a sans l’ombre d’un doute su profiter des nombreux éclopés chez les Bruins, surtout à la défense, pour se faire connaître un peu plus aux quatre coins de la Ligue nationale. Il sera prêt lorsque l’entraîneur-chef Bruce Cassidy fera appel à ses services.

 

D’ici là, il se doit de garder la bonne attitude et c’est exactement ce qu’il a démontré lors de sa rencontre avec Hockey Le Magazine, hier. Son histoire, vous la connaîtrez davantage au cours des prochaines semaines. Chose certaine, disons que les grands athlètes ne sont jamais les plus talentueux, mais bien ceux qui prêchent par l’exemple et qui demeurent humbles malgré les succès.

 

Ça, Jérémy Lauzon l’applique déjà à la lettre. Pour le reste, ce sera à lui de laisser parler son talent lorsqu’on le reverra sur la patinoire du TD Garden. Et bien qu’il soit un peu moins connu que certains, laissez-moi vous dire qu’il en possède!

 

Ah, et la partie, dans tout ça? Le Canadien a disputé son pire match de la saison et les Big Bad Bruins ont signé un gain ô combien mérité de 4-0. Une rencontre atroce… juste avant le long voyage du temps des Fêtes.

 

Ça promet…

 

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Social