Du haut des gradins | Un piège qui était gros comme « ça »

Après avoir concédé deux buts tôt dans le match, le gardien de but Antti Raanta s'est bien ressaisi, lundi soir, au Centre Bell. (Getty)

Toujours difficile d’offrir un rendement inspiré après avoir livré une performance aussi émotive que celle de samedi soir dernier, contre les Maple Leafs. En ce sens, la rencontre de lundi soir contre les Coyotes, au Centre Bell, représentait un piège pour les joueurs du Canadien et malgré un départ canon, ils sont en plein tombés dedans…

 

Simon Bédard | Hockey Le Magazine

Rédacteur en chef

 

Des quatre matchs à l’horaire cette semaine, celui de lundi soir contre les Coyotes était celui qui était le plus à la portée du Canadien. Sur papier, du moins, puisqu’après tout, il excelle davantage contre des équipes qui lui sont supérieures et sur les patinoires étrangères!

 

Le Canadien a connu un début de match endiablé, avec deux buts en quelque une minute, mais par la suite, il a couru à sa propre perte. Notamment en étant pas assez opportuniste, alors que les hommes de Rick Tocchet lui ont offert multitude d’occasions de mettre cette rencontre hors de leur portée.

 

On se souviendra, notamment, de cet avantage numérique de cinq contre trois pendant deux minutes complètes, ainsi que de ce quatre minutes d’attaque massive en fin de première période et en début de deuxième. En capitalisant sur cette séquence, il se serait redonné une avance de deux buts et l’issue du match aurait pu être bien différent.

 

La vérité, c’est que les Coyotes représentaient une opposition beaucoup plus féroce qu’on ne pouvait le croire. Au moment d’amorcer cette partie, les deux formations avaient la même fiche et le même nombre de points au classement. À la différence que le CH, lui, ne mise pas sur des attaquants si redoutables que Phil Kessel, Clayton Keller et Taylor Hall, ce dernier ayant inscrit le but égalisateur en deuxième période.

 

Chapeau aux visiteurs, qui se sont rapidement ajustés après le début de match endiablé du Tricolore. Lorsque tu mènes 2-0 aussi rapidement devant tes partisans, compte tenu de la situation du club au classement, un revers de 3-2 comme celui encaissé hier, sans parvenir à récolter le moindre petit point au classement, fait mal. Très mal.

 

Maintenant, le Tricolore devra réaliser un petit miracle en allant récolter le plus de points possible lors de son séjour de deux matchs à l’étranger, à Boston mercredi puis à Pittsburgh vendredi. Le tout, sans son capitaine, Shea Weber, et peut-être même sans l’un de ses joueurs les plus complets dans les deux sens de la patinoire, Phillip Danault, qui a quitté la partie en début de deuxième période après avoir reçu une rondelle en plein visage.

 

Il devra aussi souhaiter que les Panthers continuent de perdre, tout comme les autres équipes qui sont au plus fort de la course avec lui. Ça commence de plus en plus à tirer du miracle, vous avez raison…

 

Mais puisque cette équipe nous a toujours habitué à rebondir lorsqu’elle a un genou au sol…

 

Jake Evans, avec son premier filet en carrière dans la Ligue nationale, et Brendan Gallagher ont tous deux déjoué Antti Raanta, qui a réalisé 26 arrêts sur 28 tirs.

 

Outre Hall, Derek Stepan et Jakob Chychrun, avec le filet victorieux à 19:00 du dernier tiers, ont trompé la vigilance de Carey Price, auteur de 31 arrêts.

 

Après son séjour à Boston et Pittsburgh, le Canadien conclura une semaine fort mouvementée en recevant la visite des Stars, samedi soir, au Centre Bell.

Social