100 joueurs qui pourraient vous faire gagner ou perdre votre pool | 10 joueurs sous-estimés

David Perron (Getty)

Poolers, vous voilà dans une section que vous appréciez et qui vous est toujours utile afin de maximiser vos chances de succès : celle de notre collaborateur Steve Turcotte (Le Nouvelliste). Grâce à sa connaissance des équipes de la Ligue nationale et de leurs principaux espoirs, il a identifié pour vous, les 100 joueurs qui pourraient vous faire gagner ou perdre votre pool. Peu importe son format et les paramètres établis avec vos collègues ou vos ami(e)s, les recommandations suivantes devraient vous permettre de faire bonne figure auprès de vos comparses. Voici, aujourd’hui, 10 joueurs sous-estimés en vue de la saison 2021-2022. Bon succès et bonne saison ! 

 

Steve Turcotte | Le Nouvelliste

Collaboration spéciale

 

DAVID PERRON

ST. LOUIS

S’il était marathonien, il ferait partie des rares coureurs à compléter la deuxième moitié du parcours plus rapidement que la première ! Depuis quatre ans, il affiche une constance irréprochable. Sa passion crève les yeux et son instinct offensif est indispensable aux succès des Blues.  

 

CONNOR BROWN

OTTAWA

Il a inscrit 15 buts… à ses 21 derniers matchs ! Cette poussée lui a permis de toucher le plateau des 20 buts et de mériter pas mal plus de temps de jeu en avantage numérique. Ses chiffres généraux sont ordinaires car il a connu un mauvais départ, mais ce serait une erreur de se fier uniquement là-dessus pour l’évaluer. Il a plus à offrir. 

 

JAKE GUENTZEL

PITTSBURGH

Il récolte en moyenne un point par match depuis trois ans. C’est peut-être le joueur le plus méconnu de ce club très sélect. Pendant un bon moment, il a été perçu comme un valet. Oubliez ça ! Il est un joueur vedette. Il est explosif lors des contre-attaques et il a toujours le nez dans la circulation lourde. Et il a à peine 26 ans… 

 

BO HORVAT

VANCOUVER

Le prototype du parfait joueur de centre numéro deux. Il est fiable, doué offensivement, un peu rugueux et il est capable d’amener 60 points au moulin même s’il n’est pas le centre le mieux entouré. Il est constant et, en plus, très rarement blessé. Bref, quand il est temps de sélectionner un joueur de 60 points, c’est l’une des meilleures options sur la table.

 

WILLIAM KARLSSON

VEGAS

Il n’en a pas le statut, mais c’est le centre numéro un des Golden Knights. Il ne joue pas avec les meilleurs ailiers du club, mais ça ne l’empêche nullement de produire avec régularité. En bonus, c’est un joueur qui donne aussi un coup de main en désavantage numérique. 

 

VINCENT TROCHECK

CAROLINE

Il a mis du temps à retrouver son rythme après avoir été blessé. Une bonne chose pour les Hurricanes, qui l’ont obtenu à un prix d’ami des Panthers.  Il vient de signer une saison de 43 points en 47 matchs. Pas certain qu’il restera tout près de la barre du point par match, mais il peut certainement obtenir une soixantaine de points en 2021-2022.

 

CHRISTIAN DVORAK

MONTRÉAL

Il était le premier centre des Coyotes. Il est utilisé à toutes les sauces et il dépasse les 18 minutes d’utilisation par match. À 25 ans, il arrive à maturité. Pour toutes ces raisons, il devrait être en mesure d’améliorer ses statistiques globales en 2021-2022. Il est un bon buteur, particulièrement en avantage numérique. 

 

JOONAS DONSKOI   

SEATTLE   

Voilà un attaquant polyvalent qui peut rapporter une quarantaine de points sans trop de problème. Donskoi, c’était un peu le dépanneur de Jared Bednar au Colorado. Il était utilisé à toutes les sauces, avec différents compagnons de jeu. À Seattle, son rôle devrait être encore plus important, avec davantage de responsabilités offensives.

 

FILIP HRONEK

DETROIT

Piloter un jeu de puissance sans ténors comme celui des Red Wings pour un jeune défenseur, c’est une mission délicate. Il fait bien les choses et il y a de la progression dans son jeu. Les jeunes Red Wings vont s’améliorer eux aussi, ce qui va donner un peu plus d’occasions à Hronek d’engranger des points. Même avec Nick Leddy dans le décor, il devrait rester la clé du jeu de puissance de son équipe. 

 

SAM REINHART

FLORIDE

Il arrivait à produire dans le climat toxique de Buffalo. Il est facile de l’imaginer être encore plus performant sous les chauds rayons de la Floride. Reinhart peut jouer à l’aile comme au centre, et sa prise de décision avec la rondelle est impressionnante. Mieux entouré, mais surtout mieux encadré, tout indique qu’il va atteindre son plein potentiel.

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Social