Des Québécois aux portes de la Ligue nationale | Hendrix Lapierre : plus affamé et expérimenté

Photo Getty

Le hockey québécois est en bonne santé, surtout en ce qui a trait à la position d’attaquant, alors que plusieurs joueurs d’ici aspirent à entamer la nouvelle saison dans la Ligue nationale ou, du moins, à y jouer quelques matchs en cours de saison. Hockey Le Magazine a récemment rencontré quatre d’entre eux, à commencer par Hendrix Lapierre des Capitals. 

 

Simon Bédard | Hockey Le Magazine

Rédacteur en chef

 

Au moment de s’entretenir avec Hockey Le Magazine, au début septembre, Hendrix Lapierre s’apprêtait à participer à la Vitrine des recrues du circuit, un évènement qui réunit les meilleurs espoirs de la Ligue nationale le temps de 48 heures.

« C’est vraiment plaisant comme évènement, affirme celui qui était notamment accompagné de Mavrik Bourque, Jakob Pelletier, Samuel Poulin, Thomas Bordeleau et de Jacob Perreault chez les Québécois. Il y a beaucoup d’activités à l’horaire. Il y a eu un après-midi où c’est une session d’autographes pour Upper Deck. Lors d’une soirée, nous sommes allés frapper des balles de golf et il y a un autre moment où nous étions sur la patinoire pour des séances photo et vidéo. C’est plaisant de voir autant de monde au même endroit. »

S’il se retrouve à cet endroit, c’est justement parce que Lapierre frappe aux portes du circuit. Il y a goûté le temps de six matchs en 2021-2022, d’ailleurs, avant de retourner dans le junior majeur avec le Titan d’Acadie-Bathurst.

« Avec le recul, je pense que ç’a été une bonne chose de pouvoir jouer dans les deux circuits l’an passé, opine le natif de l’Outaouais. J’ai manqué beaucoup de matchs dans le junior, donc mon objectif principal était d’acquérir de l’expérience et de jouer beaucoup de minutes. En jouant dans la Ligue nationale, je jouais peut-être un peu moins, mais même lors des entraînements ou des journées passées dans l’entourage du club, j’apprenais beaucoup. J’étais toutefois conscient que ça faisait partie de mon cheminement de retourner dans le junior pour acquérir de l’expérience et arriver cette année en vraiment faim, assez pour me faire une place avec le club. »

S’il n’aurait pas refusé de disputer une saison complète dans le circuit Bettman l’an passé, Lapierre s’est présenté au camp des Capitals dans un contexte favorable après avoir emmagasiné beaucoup d’informations lors de ses six premiers matchs.

« Il y a beaucoup de choses que j’ai apprises, notamment au niveau hors-glace, énumère le numéro 29. Les joueurs jouent environ 82 matchs en 180 jours, alors ils doivent vraiment s’assurer de prendre soin de leur corps. Sur la patinoire, je pourrais en parler longtemps ! Dans cette ligue, lorsque ça se met à bourdonner en territoire offensif, ce n’est pas comme dans le junior où tu es capable de ralentir le jeu et de réfléchir. Ça va vraiment vite et j’essaie de faire un peu de vidéo pour regarder ce que je fais de bien et de moins bien. C’est une game différente, mais je vais faire mes devoirs pour arriver le plus prêt possible. »

Question de l’aider à s’acclimater aux rangs professionnels, Lapierre pourra compter sur l’appui d’Anthony Mantha, qui n’a pas hésité à le prendre sous son aile.

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Social