Maintenance

Une mise à jour planifiée sera effectuée ce lundi, le 2 août, vers 7h00. Cette mise à jour devrait durer environ 30 minutes.
A scheduled update will be performed this Monday, August 2nd, at 7:00 AM. This update should last around 30 minutes.

Le hockey junior devra unifier ses forces

Photo: Vincent Éthier

Des trois ligues juniors au pays, la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) aura été celle qui aura le mieux négocié avec la COVID-19. Ça n’a pas été parfait, bien entendu, mais les équipes ont trouvé une façon de garder les joueurs sur la glace, ce qui leur a permis de poursuivre leur développement. Évidemment, le circuit Courteau planche déjà sur la relance de ses activités à l’automne.

 

Steve Turcotte | Le Nouvelliste

Collaboration spéciale

 

À moins d’un revirement, les concessions vont reprendre un rythme d’opérations normal. Cela signifie que les estrades pourront à nouveau accueillir des partisans… et que l’aide gouvernementale provinciale ne sera pas reconduite.

Il y aura donc du travail à faire pour repartir la machine. Les équipes auront de nouveau besoin de revenus.

« Nous sommes pleinement conscients qu’il y aura des défis à relever », explique le chef de l’exploitation de la LHJMQ, Karl Jahnke.

Jahnke est méconnu du grand public, mais derrière le commissaire, il pilote de gros dossiers. Sur sa table, il y les ententes avec les commanditaires, les contrats avec les diffuseurs, les initiatives en marketing et le lien entre la ligue et ses équipes. Cela fait 15 ans qu’il travaille en coulisses. Il est arrivé en décrochant un poste en communications, avant de s’occuper de l’évènementiel. Ses responsabilités n’ont jamais cessé de croître depuis. Diplômé en droit, il a fait ses premières armes dans le milieu dans la Ligue nationale, avant de se joindre à la LHJMQ. Plusieurs croient qu’il succèdera éventuellement à Courteau lorsque celui-ci décidera de passer le flambeau.

Ce ne sera probablement pas à court terme, cependant. En ce moment, la priorité de la ligue est de s’extirper de cette crise planétaire sans perdre trop de plumes.

« À la ligue, nous travaillons toujours en équipe, dit-il. C’est aussi vrai avec nos équipes. Nous avons préparé un plan. Il évoluera avec le temps, selon ce qui se passera avec la pandémie. On sait toutefois que des efforts devront être faits pour faire rayonner notre produit dans nos marchés. Ça va prendre des bras. Nous allons accompagner nos équipes là-dedans. »

 

Séduire une clientèle plus jeune

L’un des objectifs de la ligue, c’est de séduire un public plus jeune.

« Il faut regarder ce qu’on peut faire en lien avec le sports, dénote-t-il. La nouvelle génération recherche du divertissement interactif. Elle utilise énormément le téléphone intelligent. Notre produit est bon, mais on doit trouver une façon de mieux l’enrober pour aller chercher de nouveaux fans. »

Ça passe aussi, selon Jahnke, par une plus grande synergie entre les trois ligues juniors au pays. À son avis, une seule entité pourrait permettre d’aller chercher de nouveaux partenaires.

« Une marque de commerce unique et plus forte, c’est susceptible d’intéresser de plus gros commanditaires, mentionne-t-il. Nous en avons déjà de très solides, mais nous pouvons sans aucun doute bonifier nos partenariats. Sur la glace, ça voudrait dire des duels impliquant des équipes de partout au pays. Ça créerait un engouement. Bien sûr, il y aurait des coûts rattachés à ce genre de projet, notamment ceux rattachés au transport par avion. Mais si les revenus étaient plus élevés que les coûts, l’opération serait positive ! Au sein de notre ligue, cette avenue est très bien perçue. Il y a un peu plus de travail à faire en Ontario et dans l’Ouest. C’est en se parlant et en échangeant des idées qu’on pourra faire avancer ce dossier. »

 

Le tournoi de la Coupe Memorial

La Ligue canadienne vient d’annuler le tournoi de la Coupe Memorial pour une deuxième année de suite. C’est l’évènement phare de la saison de hockey junior qui, lui aussi, doit être revisité.

« Est-ce qu’on peut impliquer plus d’équipes, se questionne-t-il. Est-ce qu’une nouvelle formule de séries pour y accéder serait plus attrayante ? Il faut aussi tenir des discussions avec les réseaux de télévision et étudier les possibilités. »

Cette pandémie a fait mal à tous les secteurs d’activités dans le divertissement. Le hockey junior n’y a pas fait exception. Mais avec un peu d’audace, ce temps d’arrêt forcé pourrait avoir provoqué des changements bénéfiques.

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Social