Sauvetage réussi !

Depuis le début de la pandémie de la COVID-19, vers la mi-mars, le commissaire de la Ligue nationale, Gary Bettman, et son bras droit, Bill Daly, n’ont jamais cessé de répéter qu’ils allaient trouver un moyen de sauver les séries éliminatoires 2020 et de décerner la coupe Stanley à une équipe championne, tout en veillant à la santé et à la sécurité de leurs membres. Le processus pour en arriver à un dénouement a été long et complexe, mais après des mois d’attente et de spéculations, les séries 2020 sont bel et bien sur le point de s’amorcer.

 

Simon Bédard | Hockey Le Magazine

Rédacteur en chef

 

Ces séries éliminatoires 2020 de la Ligue nationale n’auront rien de conventionnel. À un point tel que selon certains amateurs, le jeu n’en valait pas la chandelle : aussi bien tracer un trait définitif sur cette saison 2019-2020 et se tourner vers la prochaine, plutôt que d’opter pour des séries avec un format renouvelé, disaient-ils.

Grosso modo, 16 équipes verront leur saison être prolongée d’au moins trois matchs. La ronde de qualification, d’un format 3 de 5, opposera les positions 5 à 12 de chacune des deux associations. Huit équipes, soit les quatre premières des deux associations, sont déjà assurées de participer aux séries, qui seront toutes disputées selon la formule 4 de 7. Elles devront néanmoins s’affronter dans un petit tournoi à la ronde qui permettra de déterminer le classement général final.

Par la suite, lorsque les séries s’entameront officiellement, la Ligue nationale reviendra à son ancienne formule, qui était disparue depuis le printemps de 2014. Ainsi, les confrontations seront déterminées selon le classement général de la saison. Par exemple, l’équipe qui a pris le premier rang de son association affrontera celle qui a terminé au huitième, et ainsi de suite.

« Je m’attends à ce que les premiers matchs soient un peu décousus et à ce que les buts inscrits ne soient peut-être pas les plus beaux, confie l’attaquant des Canucks, Antoine Roussel. Je m’attends aussi à ce que les équipes commettent certaines erreurs qu’elles n’ont pas l’habitude de commettre, un peu comme en début de saison. Selon moi, la formation qui sera en mesure de minimiser ces erreurs et d’avoir un bon départ aura les meilleures chances de se rendre loin en séries parce qu’elle sera sur la coche dès le départ. »

L’attaquant Mathieu Perreault, des Jets, est également intrigué par le niveau de jeu et par le synchronisme que les joueurs seront en mesure d’afficher, surtout lors de la ronde qualificative.

« Ce qui sera étrange et différent, c’est qu’on va disputer des parties d’une grande signification et à haute intensité dès le départ, affirme-t-il. Habituellement, tu viens de disputer 82 matchs de saison régulière et à peine une semaine plus tard, les séries s’entament. Cette fois, on aura eu trois ou quatre mois de pause et pow, ce sera des matchs de séries. J’ai hâte de voir le niveau d’intensité que les gars auront sur la glace. Chose certaine, ce ne sera pas un premier match de série normale. Ça va prendre un certain temps avant de pouvoir retrouver tout notre synchronisme. »

 

Deux villes hôtes et des matchs à huis clos

Il sera aussi intéressant de surveiller la frénésie éliminatoire qui règnera dans les 24 marchés impliqués. Habituellement, lorsque les séries s’amorcent, les villes vibrent au rythme de leur équipe et le septième joueur tient un rôle capital dans le déroulement d’une rencontre. Cette fois, les formations seront réparties dans deux villes hôtesses, et les matchs seront tous disputés à huis clos… en plein été. Du jamais vu !

« C’est plate un peu, on ne se le cachera pas, concède Roussel. Les séries sont faites pour être tenues devant des gens, mais on fait face à une situation exceptionnelle. Si tu me dis que je peux avoir la chance de gagner la coupe Stanley, mais qu’il n’y aura pas personne dans les estrades, je vais accepter le deal quand même. Je veux vraiment avoir la chance de gagner la coupe et ça, ça vaut quelque chose. Ça va peut-être être la coupe Stanley la plus difficile à gagner de tous les temps ! Il y aura une ronde de plus à passer, ce ne sera pas facile. Ça ne me surprendrait pas que ce soit un format qui plaise et que ça devienne la norme pour les années à venir. Ça ferait en sorte qu’année après année, plus d’équipes seraient impliquées dans la course aux séries. Il y a quelque chose d’intéressant qui peut se faire et compte tenu de la situation actuelle, c’est le bon moment pour essayer d’innover. »

Au cours des prochains jours, vous trouverez une analyse détaillée des huit duels de qualification en vue des séries 2020. Bon tournoi… estival !

27 JUILLET – SÉRIE MTL-PIT

28 JUILLET – SÉRIE CAR-NYR

28 JUILLET – SÉRIE FLO-NYI

29 JUILLET – SÉRIE CLB-TOR

29 JUILLET – SÉRIE CHI-EDM

30 JUILLET – SÉRIE ARI-NAS

30 JUILLET – SÉRIE MIN-VAN

1er AOÛT – SÉRIE WIN-CAL

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Social