Top 5 des meilleurs et pires coups du repêchage de 2009 | Les sélections individuelles de Steve Turcotte

Robin Lehner (Getty)

Le repêchage de 2009, c’était celui de John Tavares. Un joueur exceptionnel, attendu depuis quelques années. C’est donc sans surprise que les Islanders en ont fait le premier choix. Une fois Tavares appelé sur l’estrade, c’est là que la partie de poker s’est enclenchée.

 

Steve Turcotte | Le Nouvelliste

Collaboration spéciale

 

Force est d’admettre que le Lightning, avec le deuxième choix, ne s’est pas trompé en réclamant Victor Hedman. Ce dernier a eu besoin de quelques saisons pour atteindre sa maturité, mais depuis, c’est l’un des meilleurs arrières de sa génération.

Après le choix d’Hedman, les cinq suivants ont produit de bons joueurs. Il faut toutefois se transporter en deuxième ronde pour trouver le deuxième coup de circuit. Un attaquant du nom de Ryan O’Reilly, devenu l’un des meilleurs attaquants défensifs sur la planète. Quel choix de deuxième tour !

Quelques rangs plus loin, au 46e échelon, un certain Robin Lehner est devenu le deuxième gardien réclamé. Le premier étant Mikko Koskinen. Évidemment, si le repêchage se tenait demain matin, Lehner serait devant celui des Oilers.

Puis, en début de troisième ronde, l’Avalanche a eu la main heureuse avec un défenseur un peu frêle, Tyson Barrie. Les petits arrières offensifs n’avaient pas encore la cote à ce moment et Barrie n’était pas une supervedette dans la ligue junior de l’Ouest. Il a offert sept belles saisons à l’Avalanche, avant de servir d’appât pour obtenir Nazem Kadri.

Pour compléter ce Top 5, j’y vais avec Mike Hoffman. Choisi au cinquième tour, il ne gagnera jamais de concours de popularité auprès de ses entraîneurs, ni dans un vestiaire, mais il sait comment contribuer activement à une attaque et pour un modeste choix de cinquième tour, c’est une véritable aubaine.

Maintenant, si on regarde à l’inverse avec les pires choix de ce repêchage, ce sont les Stars qui sont derniers de classe avec Scott Glennie, repêché au huitième échelon. Il n’a jamais été en mesure d’amener sa game du junior chez les pros. Il n’aura disputé qu’un seul match dans la Ligue nationale et il aura été coincé cinq saisons dans la Ligue américaine avant de prendre sa retraite. Les Stars auraient pu réclamer Ryan Ellis, Nick Leddy ou Kyle Palmieri…

Bien sûr, 2009, c’est aussi le repêchage de Louis Leblanc. Il ne s’est pas développé comme l’avait anticipé le Canadien. Il était perçu comme l’un des meilleurs joueurs canadiens de son groupe d’âge, avant de s’exiler aux États-Unis. Il n’a tout simplement pas été en mesure de progresser au même rythme que les autres surdoués. Le Canadien sentait alors la pression de réclamer un francophone et Trevor Timmins n’a pas été capable de la gérer. Résultat : il a laissé filer Chris Kreider !

 

LES CHOIX INDIVIDUELS DE STEVE TURCOTTE

 

MEILLEURS COUPS

PIRES COUPS  

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Social