Biographie de Serge Savard: Canadien jusqu’au bout!

Photo: Pamela Lajeunesse

Depuis le 9 octobre dernier, la biographie de l’ancien défenseur du Canadien, Serge Savard, publiée par KO Éditions, est disponible aux quatre coins du Québec. Il s’agit d’un ouvrage de 490 pages dans lequel on est invité dans les coulisses de la carrière plus grande que nature de celui qui a œuvré au sein de l’organisation montréalaise pendant 33 années. Question d’en apprendre davantage sur le produit, on s’est récemment entretenu avec son auteur, le journaliste Philippe Cantin.  

 

Simon Bédard | Hockey Le Magazine

Rédacteur en chef

 

HOCKEY LE MAGAZINE Dans un premier temps, parle-nous de ta relation avec M. Savard. On ne s’embarque probablement pas dans un projet de la sorte avec quelqu’un qu’on ne connaît que très peu…

PHILIPPE CANTIN J’ai commencé à couvrir le Canadien pour le Soleil de Québec, en 1984, comme correspondant à Montréal. C’est à ce moment-là que j’ai connu Serge. En 35 ans, j’ai eu la chance de l’interviewer des dizaines et des dizaines de fois. Ces dernières années, le projet d’écrire sa biographie a commencé à prendre forme. Ça faisait un certain temps qu’il y songeait, mais il voulait attendre le moment opportun. Finalement, quand il s’est senti prêt, il y a eu entente avec KO Éditions et c’est comme ça que le livre est arrivé. Je trouvais que c’était essentiel qu’on aille de l’avant avec ce projet-là. Au Québec, je trouve qu’on ne raconte pas encore assez notre histoire, peu importe le secteur. Pourtant, on a tellement eu des gens importants dans tous les domaines ! Pour moi, c’était essentiel que Serge, un acteur clé de la scène du hockey pendant plus de 30 ans, partage ses souvenirs avec nous.

 

HLM Qu’as-tu découvert à son sujet durant le processus d’écriture du livre ?

PC C’est à quel point il était une grande vedette à la fin des années 1960. Quand il a gagné le trophée Conn-Smythe, en 1969, il était une méga star ! C’est incroyable à quel point il était partout ! Il participait à un paquet d’affaires à Montréal et beaucoup d’honneurs et de récompenses lui ont été décernés. Sa famille était très présente dans les médias, elle aussi. À un certain moment, son fils, Serge Jr., devait être l’enfant le plus photographié au Québec ! Dans ce temps-là, on était ailleurs en ce qui a trait à la relation entre les joueurs et les journalistes. Il y en a qui pouvaient aller faire une entrevue ou un reportage photo directement chez lui sans problème. Dès l’âge de 16 ou 17 ans, au début des années 1960, son impact dans le hockey a été majeur à Montréal et au Québec.

 

HLM Certaines facettes de sa personnalité t’ont-elles surpris au cours du projet ?  

PC Ce qui m’a surpris, c’est à quel point il est un profond nationaliste québécois, tout en demeurant fédéraliste. Il adore le Québec ! Parfois, ça pouvait être une anecdote aussi banale que ‘Pourquoi le Québec n’en fait pas davantage pour promouvoir ses vins ?’ ou ‘Pourquoi ne sont-ils pas mieux positionnés sur une tablette à la Société des alcools du Québec [SAQ] ?’ Il s’intéresse à ça et il défend toujours les intérêts du Québec. De plus, son humanisme m’a encore plus frappé qu’avant. On fixait des rendez-vous pour nos entretiens téléphoniques et il devait souvent les déplacer parce qu’il avait tel évènement avec une fondation ou un tournoi de golf pour telle cause. Ça n’arrêtait jamais ! Ça m’a fasciné.

 

HLM Est-ce qu’il y a un moment dont tu te souviendras plus particulièrement en lien avec ce projet ?  

PC L’un des beaux moments, c’est lorsque je l’ai accompagné à Landrienne, la ville où il a grandi. Pour des raisons médicales, sa mère lui a donné naissance à Montréal, mais après, ils sont retournés à Landrienne. En 2018, c’était le 100e anniversaire de la ville et il était l’un des invités d’honneur. Il est allé là-bas pendant trois ou quatre jours avec son frère et ses deux sœurs, et je l’ai accompagné. Il connaissait tout le monde et les plus jeunes qui ne l’avaient jamais rencontré disaient ‘Moi, je suis le fils d’un tel que tu as connu !’ C’était beau de voir à quel point il avait encore l’endroit à cœur. Il a fait une allocution de circonstance et il a très bien parlé. C’était très émouvant et les gens en étaient bien fiers. Après tout, il est quand même passé du p’tit gars qui a grandi en Abitibi, dans les années 1940, à l’une des personnes importantes du Québec. C’est spécial !

 

HLM En terminant, selon toi, pourquoi ce livre est-il un cadeau idéal pour le temps des Fêtes ?

PC Je pense que c’est un ouvrage qui va au-delà du hockey, qui raconte aussi une partie de l’histoire du Québec. Qu’on soit un amateur de sport ou non, ça peut toucher les gens de bien des façons. La valeur du livre, c’est qu’il ne traite pas juste de hockey et qu’il donne une idée de la vie au Québec depuis la naissance de Serge. Le Canadien fait partie de notre culture et de notre histoire et au-delà de l’histoire de Serge, c’est aussi celle du Tricolore. Il a été tellement impliqué et engagé au sein de l’organisation pendant toutes ces années que ça crée un parallèle intéressant.

Social