En contre-attaque avec… Cédric Paquette

Cédric Paquette (Getty)

 

Tout au long de l’année, Hockey Le Magazine se promène aux quatre coins du Québec afin d’en apprendre davantage sur certains joueurs de la Ligue nationale par le biais d’une série de questions en rafale. Ce mois-ci, partons en contre-attaque avec l’attaquant Cédric Paquette, du Lightning de Tampa Bay.

 

Simon Bédard | Hockey Le Magazine

Rédacteur en chef

 

Simon Bédard Ton plus beau souvenir lié au hockey ?

Cédric Paquette Participer à la finale de la Coupe Stanley.

 

SB Ton ou tes idoles de jeunesse ?

CP Joe Sakic et Sidney Crosby.

 

SB Le meilleur conseil que l’on t’ait donné en tant que jeune joueur et qui t’est encore utile aujourd’hui ?

CP De persévérer, de ne jamais lâcher et de toujours m’accrocher à mes rêves.

 

SB La première chose que tu aies faite à la suite de la signature de ton premier contrat professionnel ?

CP Rien de spécifique. Je me suis acheté une voiture, mais rien de trop gros. Je voulais juste profiter un peu plus de la vie !

 

SB As-tu eu une rencontre un peu plus particulière qu’une autre avec un partisan depuis ton arrivée dans la LNH ?

CP Disons que de rendre visite aux enfants malades dans les hôpitaux pendant le temps des Fêtes est toujours quelque chose de spécial.

 

SB Quel métier aurais-tu voulu exercer si tu n’avais pas été hockeyeur professionnel ?

CP Je n’y ai jamais vraiment pensé, honnêtement. J’aurais peut-être voulu devenir golfeur professionnel.

 

SB Le plus bel avantage d’être un joueur de la Ligue nationale, à ton avis ?

CP C’est tout ce que ça implique en tant que tel. On est super bien traité et on ne peut pas se plaindre de rien.

 

SB Le principal désavantage d’être un joueur de la Ligue nationale, à ton avis ?

CP La pression qui vient avec le fait de jouer dans la Ligue nationale, peut-être. Il faut toujours être sur la coche et on se fait regarder partout où l’on va, mais ça fait partie de la game.

 

SB As-tu une célébration fétiche lorsque tu marques un but ?

CP Non, j’y vais plus avec le feeling du moment. Ça dépend surtout de ce que je ressens intérieurement.  

 

SB Y-a-t-il une signification particulière derrière le choix de ton numéro 13 ?

CP Je l’ai eu souvent au cours de ma jeunesse et je suis né le 13 août 1993. Ça faisait beaucoup de 13, disons !

 

SB Si t’avais la chance de t’adresser à un Cédric Paquette de 13 ans, quel conseil voudrais-tu lui transmettre ?

CP Je lui dirais de persévérer, de ne jamais lâcher et de s’accrocher, mais aussi de s’amuser à travers tout ça. D’abord et avant tout, le hockey demeure un jeu et la pression viendra plus tard, dans les catégories plus élevées.

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Social