L’aréna de demain selon Phaneuf International et Science de la glace !

 

Encore à ce jour, le monde de la glace est très conservateur et depuis plus de 100 ans, très peu de technologies innovatrices ont émergées relativement aux surfaces glacées artificielles.

 

Alain Phaneuf, de Phaneuf International, et Pierre Beaudet, de Science de la glace, l’ont vite réalisé. Le premier rêvait d’une surfaceuse à glace 100 % électrique et à conduite autonome, et le second, de produire une glace de qualité. Les deux hommes ont donc décidé d’unir leurs forces afin de créer une nouvelle surfaceuse à glace autonome : la Phaneuf 4.0, avec un conditionneur automatisé Science de la glace.

 

Depuis trois ans, les deux entrepreneurs ont su bien s’entourer. Des partenaires majeurs, dont Exprolink / Madvac, une compagnie d’équipement spécialisé dans le nettoyage extérieur, la manutention et la filtration d’eau, qui est devenu le manufacturier de la nouvelle surfaceuse.

 

Innovation, voilà le mot d’ordre

« Dès le départ, Alain et moi avons convenu qu’il n’était pas question de refaire une surfaceuse à glace traditionnelle, telle qu’on la connaît depuis les années 1950, mentionne M. Beaudet. Dans notre processus de recherche et de développement, nous devions être innovants à tous les niveaux ».

 

Du côté de la science de la glace, peu de choses sont connues. « Encore aujourd’hui, le seul outil dont dispose la Ligue nationale pour qualifier ses glaces est un sondage auprès des joueurs afin de statuer où se trouvent les plus belles patinoires de la ligue, mentionne-t-il.

 

Selon les croyances, la seule donnée scientifique qui existe pour mesurer la qualité de la glace, c’est la température, qui en révèlerait sa dureté, poursuit M. Beaudet. Je n’étais pas d’accord avec cette théorie. Il y avait de l’incohérence et aucune concordance scientifique ».

 

C’est pourquoi, en 2015, Science de la glace a embauché Solution Novika, un centre collégial de transfert de technologie à La Pocatière, pour démystifier certains aspects de la glace et créer un protocole d’identification de la qualité de la glace qui est maintenant utilisé pour l’implantation de la surfaceuse autonome dans chacun des arénas.

 

« Le coût relié à l’entretien d’une glace peut représenter jusqu’à 75 $ de l’heure lors de la location de temps de glace, mentionne M. Phaneuf. Avec notre surfaceuse autonome, les coûts pourront se situer entre 10 $ et 25 $ pour la même heure, et ces données proviennent de nos clients eux-mêmes. C’est en moyenne 200  000 $ par année, par glace, que nos clients pourront économiser. »

 

Cet argent pourra être réinvesti dans de nouvelles installations, comme des patinoires extérieures réfrigérées, par exemple.

 

Une surfaceuse traditionnelle utilise 1,5 million de litres d’eau potable annuellement pour entretenir une glace, ce qui est comme refaire la glace 100 fois par saison. La surfaceuse autonome Phaneuf 4.0 fera fondre la glace et la neige pour la réutiliser en eau, à la bonne température, au passage suivant.

 

Les autres objectifs

« Cette surfaceuse à conduite autonome va pallier à la pénurie de main-d’œuvre, précisent les deux hommes. Science de la glace reçoit en moyenne un appel par semaine de la part de gestionnaires d’arénas qui recherchent de la main-d’œuvre pour opérer les surfaceuses conventionnelles. On n’a jamais eu autant de difficulté à recruter, former et retenir des opérateurs de surfaceuse à glace qualifiés. »

 

« Dès le départ, il y a eu un engouement pour notre projet, et ce, à tous les niveaux, affirment-ils avec joie. À notre premier salon aux Assisses de l’Union des municipalités du Québec, en 2018, si nous avions eu 30 surfaceuses Phaneuf 4.0 prêtes et disponibles, elles auraient toutes trouvé preneur, sans exception. »

 

Il ne faudrait pas passer sous silence l’arrivée de Steve Bégin à titre d’ambassadeur de ce projet.

« Steve s’est officiellement joint à nous en mai 2019, mentionne M. Phaneuf. Il a participé au dévoilement officiel de notre système de filets intelligents, qui est l’une des dix inventions de l’année au Québec selon Québec Science. »

 

Comme preuve de concept, Phaneuf International devait créer un but autonome qui pourrait fonctionner avec la Phaneuf 4.0.

 

« Il fallait trouver une solution pour le déplacement des buts, sur et hors de la glace, lorsque notre nouvelle surfaceuse serait déployée en milieu réel, raconte M. Phaneuf. Certaines municipalités, comme la Ville de Montréal, voyaient notre système de buts comme un outil incontournable pour prévenir les accidents de travail dû à la manipulation de ceux-ci. La Ville de Montréal est devenue notre premier partenaire officiel pour l’expérimentation et elle nous sera d’une grande aide. »

 

Non, les deux hommes n’ont pas fini de faire parler d’eux et ils ne comptent pas s’arrêter là !

 

« Nous participerons à plusieurs salons et expositions afin de nous faire connaître du grand public et de nos clients, mais aussi d’investisseurs, concluent-ils. Avec Export Québec, nous serons au Consumer Electronic Show, en janvier, à Las Vegas. Il s’agira là d’une opportunité exceptionnelle de rencontrer des gens de l’industrie et des entreprises au niveau international. »

 

514-Phaneuf

phaneuf-international.com

sciencedelaglace.com

 

À propos de…

Alain Phaneuf

Policier retraité de la Sûreté du Québec, il a rapidement compris, au fil des années, qu’il y avait plusieurs améliorations à apporter aux arénas et aux patinoires de chez nous afin de les moderniser. Sa fille a été membre de l’équipe nationale canadienne de patinage de vitesse courte piste et son fils a joué du hockey de haut calibre en Amérique du Nord, avant de se tourner vers l’arbitrage.

 

Pierre Beaudet

Pierre est né sur la glace, s’amuse-t-il à dire. Fondateur de Science de la glace et avec plus de 37 années d’expérience dans le domaine des glaces, il a obtenu sa certification Ice technician, qui est remise à tous ceux qui suivent la formation en Ontario. La même que ceux oeuvrant pour la Ligue nationale !

Social